Europe
URL courte
Par
182385
S'abonner

Seule capitale européenne jusqu'ici privée de mosquée, Athènes aura «finalement un lieu de culte pour ses habitants musulmans», s'est réjoui Naïm el Gadour, président de l'Union musulmane de Grèce.

La première mosquée officielle d'Athènes a ouvert ses portes à un nombre très restreint de fidèles pour cause de coronavirus, a-t-on appris auprès de la communauté musulmane qui s'est félicitée de son ouverture après des années de retard.

Seule capitale européenne jusqu'ici privée de mosquée, Athènes aura «finalement un lieu de culte pour ses habitants musulmans», s'est réjoui auprès de l'AFP Naïm el Gadour, président de l'Union musulmane de Grèce.

Le ministère de l'Éducation et des Cultes a annoncé lundi soir les modalités du fonctionnement de ce lieu de culte qui n'est actuellement autorisé qu'à une dizaine de fidèles à la fois en raison des restrictions causées par la pandémie de Covid-19.

Près de 650.000 musulmans en Grèce

Au total, près de 650.000 musulmans habitent en Grèce dont la majorité sont des sunnites vivant à Athènes, a rappelé Naïm el Gadour. Il s'agit de migrants arrivés en majorité au cours des vingt dernières années.

Située à Eléonas, un ancien quartier industriel de la capitale, cette mosquée est la première qui va fonctionner à Athènes depuis la guerre d'Indépendance en 1821, qui mit fin à l'occupation ottomane.

En Grèce, les seules mosquées de l'époque ottomane sont situées en Thrace (nord-est), région frontalière avec la Turquie où vit une minorité turque de 150.000 personnes.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
Vers une suspension des brevets des vaccins anti-Covid: Big Pharma K.O. debout?
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
islam, mosquée, Grèce, Athènes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook