Europe
URL courte
Par
5315193
S'abonner

La semaine dernière, l'armée américaine a transféré en Roumanie par avion deux lance-roquettes multiples HIMARS, a tiré quelques projectiles puis les a rentrés à leur base en Allemagne, relate Forbes en précisant que l'opération n'a duré que quelques heures. Selon le média, de tels exercices sont «un message pour Moscou».

Jeudi 19 novembre, deux lance-roquettes multiples de l'armée américaine HIMARS stationnés en Allemagne ont été transférés par voie aérienne vers un polygone de tir en Roumanie. Après avoir tiré quelques projectiles sur la mer Noire ils ont regagné l'aérodrome et ont été renvoyés à leur base allemande, rapporte Forbes.

«Le tout en quelques heures.»

Selon le média, de tels exercices sont «un message pour Moscou» en faisant savoir que l'armée américaine en Europe «a rétabli sa puissance de feu».

Ces exercices sont présentés comme «une surprise» pour les troupes russes en Crimée.

Un revirement majeur

La vitesse de ces déploiements aériens contribue à compliquer les tirs de contrebatterie de l’ennemi, affirme Forbes. Il lui est difficile de cibler un lance-roquettes qui ne passe que quelques heures au sol à proximité de ses propres forces.

Forbes avance que l'exercice de jeudi représente un revirement majeur car les forces américaines en Europe ne disposaient pas de ce genre d’armes sur le continent depuis 2006.

HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System) est un lance-roquettes multiple monté sur un camion MTV et capable d'employer soit six roquettes, soit un missile ATACMS. Il est aérotransportable sur C-130.

Lire aussi:

La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Tags:
HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System), Allemagne, Roumanie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook