Europe
URL courte
Par
14285
S'abonner

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell vient d’avouer l’impuissance de Bruxelles face à la Chine dans la guerre de l’influence. Analyse de François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), au micro de Rachel Marsden.

«L’UE a mis en place un service chargé de repérer les opérations d’influence étrangère et d’y répondre. Plusieurs sections existent. Il y en a une qui est franchement antirusse, elle compte 13 personnes. La force de frappe de 13 fonctionnaires internationaux, ce n’est pas énorme. Une deuxième section est consacrée à la lutte contre le djihadisme, celle-ci n’est composée que de quatre personnes. Il y en a une troisième, plus mystérieuse, qui lutterait dans la désinformation venant des Balkans. Mais il n’y a pas de section antichinoise.»

François-Bernard Huyghe, responsable de l’Observatoire géostratégique de l’information, ouvre la boîte de Pandore européenne dont la mission serait de lutter contre les informations qualifiées de propagande.

Mais ce combat de l’UE contre la désinformation n’est-il qu’un tigre de papier?

Malgré l’objectif souvent répété de contrer ce que Bruxelles qualifie de «propagande chinoise», le chef de la politique étrangère de l’institution européenne Josep Borrell vient d’énoncer trois constats plutôt étonnants devant le Comité spécial de l’UE sur les ingérences étrangères.

Premièrement, l’UE n’aurait pas pour mandat d’étudier la désinformation chinoise. Une déclaration particulièrement intéressante étant donné tout le bruit qu’ont fait les gouvernements occidentaux sur l’instrumentalisation présumée du Covid-19 par la Chine. Pékin aurait en effet utilisé la pandémie pour fustiger les incompétences supposées des nations occidentales dans leur gestion de la crise. 

Deuxièmement, Josep Borrell a déclaré que l’UE «disposait de très peu de ressources pour étudier la désinformation en provenance de Chine». Les ressources consacrées à contrer le narratif russe ne peuvent-elles pas cibler les deux pays? 

Et troisièmement, Borrell a évoqué la notion de campagnes chinoises en vue d’influencer la politique européenne. De quoi parle-t-il exactement? L’unité de propagande de l’UE –qui naturellement explique qu’elle ne fait que de la contre-propagande– n’aboie-t-elle pas plus qu’elle ne mord? 

Lire aussi:

La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Cas de thrombose: les USA préconisent une pause dans l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson
Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
Libéré à cause de la pandémie, il aurait récidivé et violé une mineure dans l’Isère
Tags:
Josep Borrell, fonctionnaires UE, lutte, propagande, Russie, Chine, Union européenne (UE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook