Europe
URL courte
Par
7913
S'abonner

Un réacteur nucléaire de Doel a été arrêté manuellement ce jeudi 15 juillet suite à une augmentation rapide de la consommation d’hydrogène, selon l'Agence fédérale de contrôle nucléaire. Le site atomique est exploité par une entreprise du groupe français Engie, qui s’est retrouvé la semaine dernière au centre d’un scandale fiscal.

Doel 2, un des quatre réacteurs de la centrale nucléaire dans la commune de Beveren dans le nord-ouest de la Belgique, a été stoppé manuellement dans la nuit du 14 au 15 juillet, a annoncé dans le communiqué l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

«Le réacteur de Doel 2 a été arrêté manuellement la nuit du 14 au 15 juillet 2021, car les employés d’Engie Electrabel ont remarqué une augmentation rapide de la consommation d’hydrogène dans l’alternateur, indiquant une fuite», a informé l’AFCN.

L’arrêt du réacteur a été décidé «de manière préventive» pour éviter des «risques éventuels de manière drastique» et tenir la situation «sous contrôle», selon le communiqué.

La cause de cet incident actuellement enquêtée, l’agence belge a expliqué qu’une fuite d’hydrogène dans l’alternateur pourrait également se produire dans d’autres types de sites électriques.

Cependant, le secteur nucléaire se caractérise par des «normes très strictes, de manière à ce que des mesures soient prises très rapidement en cas de risque éventuel», a exposé l’AFCN.

Scandale énergétique au Portugal

La centrale de Doel en Belgique est exploitée par Electrabel, une entreprise du groupe industriel énergétique français Engie.

La semaine dernière, ce géant de l’industrie énergétique s’est retrouvé impliqué dans un scandale fiscal au Portugal.

Les bureaux d'Energias de Portugal (EDP), premier groupe énergétique portugais, ont été perquisitionnés dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale présumée suite à la cession de six centrales hydroélectriques à Engie.

Ces six centrales hydroélectriques dans le bassin du Douro au Portugal ont été cédées au groupe français en décembre 2019 pour 2,2 milliards d'euros.

L’enquête a été lancée sur la base des affirmations des parlementaires de l'opposition portugaise qui avaient accusé EDP d'avoir orchestré un montage financier pour échapper à quelque 100 millions d'euros de taxes liées à cette opération.

Au moment de la publication de ces informations le 6 juillet 2021, Engie n’avait pas commenté cette situation.

Lire aussi:

Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en légère baisse en France
Messages de haine, boycotts, menaces: de plus en plus de professionnels harcelés à cause du pass sanitaire
Des milliers de Parisiens réunis pour une nouvelle manifestation contre le pass sanitaire – vidéos
Tags:
Belgique, France, centrale nucléaire, énergie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook