Faits divers
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (102)
742697
S'abonner

Depuis l’assassinat de Samuel Paty, la police a procédé à de nombreuses interpellations pour apologie du terrorisme. C’est le cas de deux collégiens de Hyères, jeudi 5 novembre. La cause: l’un a crié «Allahu akbar» en entrant dans sa classe alors que l’autre a déclaré que Samuel Paty avait «mérité» son sort.

Deux élèves de 14 et 15 ans du collège Jules Ferry de Hyères (Var) ont été interpellés jeudi 5 novembre pour apologie du terrorisme après avoir justifié l’assassinat de Samuel Paty, rapporte Actu17.

Les faits se sont produits lundi lors de l’hommage au professeur décapité. Le premier élève est entré dans la classe en hurlant «Allahu akbar» alors que l’autre a indiqué que «ce qui était arrivé était mérité», avant de poursuivre que les médias ne couvraient pas les actes commis à l’encontre des musulmans.

Prévenue, la police les a placés en garde à vue à 7 heures, indique au site une source policière. Le commissariat de la ville a également convoqué leurs parents pour être auditionnés.

Un stage de citoyenneté à effectuer

Jusqu’ici inconnus des services de police, les adolescents ont été libérés en ayant reçu une convocation pour faire ultérieurement un stage de citoyenneté.

Cet incident s’inscrit dans la longue liste des affaires d’apologie du terrorisme. Ainsi, depuis l'assassinat de Samuel Paty, 187 enquêtes ont été ouvertes pour «menaces», «provocation à la commission d'infractions violentes» ou «apologie du terrorisme», selon les informations recueillies par franceinfo de sources proches.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (102)

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
attentat, Hyères, Samuel Paty, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook