Faits divers
URL courte
Par
341024
S'abonner

Trois mineurs sont poursuivis dans le Finistère pour avoir fabriqué une solution explosive à partir d’acide chlorhydrique puis lancé des bouteilles en contenant sur des gendarmes en marge d’une manifestation de lycéens.

Trois mineurs de 17 ans ont jeté une solution explosive sur des gendarmes lors d’une manifestation de lycéens à Pont-l’Abbé (Finistère) le 5 novembre. Les jeunes ont été placés sous contrôle judiciaire le 7 novembre à Quimper dans l’attente de leur jugement, relate Ouest-France.

Il s’agit de deux bouteilles contenant un mélange d’acide chlorhydrique et d’aluminium, projetées sur les gendarmes qui encadraient la manifestation.

Ils ont reçu de l’aide

«Si leurs parents, présents au moment du déferrement de leurs enfants, […] étaient catastrophés, je n’ai pas eu l’impression d’une réelle prise de conscience des trois mineurs sur la gravité de leurs actes», a noté Marie-Noëlle Collobert, vice-procureure en charge des mineurs au parquet de Quimper, citée par le média.

Les trois jeunes sont poursuivis pour détention de matière explosive, fabrication d’engins explosifs et violences sans incapacité totale de travail (ITT) sur les gendarmes. Le plus âgé d’entre eux, qui n’est plus scolarisé dans le lycée, est en outre accusé d’intrusion dans un établissement scolaire.

Deux autres adolescents, accusés de les avoir aidés «à cacher les autres bouteilles, au moins deux, dans une poubelle», selon Mme Collobert, ont également été placés en garde à vue. Ils seront convoqués plus tard devant un délégué du procureur.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Tags:
mineurs, Finistère, gendarmes, explosifs
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook