Faits divers
URL courte
Par
6325
S'abonner

L’impact d’une balle utilisée d’habitude pour la chasse au sanglier a été découvert dans le mur d’une chambre d’enfant au Calvados. Le président de la Fédération locale des chasseurs a qualifié la situation d’«inadmissible». La gendarmerie mène une enquête mail il sera compliqué d’identifier le tireur.

Le 28 novembre, une mère de famille a découvert un trou dans le mur de la chambre de sa fille, dans la commune de Courtonne-les-Deux-Églises (Calvados). Il s’agissait de l’impact d’une balle utilisée pour la chasse au sanglier, relate Ouest-France.

Cette balle a percé la toiture de la maison et a terminé sa course dans le mur, directement au-dessus de la tête du lit.

De calibre 12 mm, elle a été «tirée avec un fusil de chasse normal et pas un fusil pour le gros gibier à canon strié», a précisé auprès de France 3 Régions Jean Christophe Aloé, le président la Fédération des chasseurs du Calvados. 

Enquête compliquée 

«C'est inadmissible», a-t-il lancé. «Nous suivons avec beaucoup d'attention cette affaire. J'espère que le coupable sera appréhendé».

Et de poursuivre qu’il «n’ose pas croire que ça puisse être un chasseur de [leurs] équipes», deux groupes opérant en effet dans cette zone de Normandie.

«Les règles de chasse sont très claires. Il est strictement interdit de tirer en direction d'une habitation, d'une route, d'une voie ferrée. Tous les chasseurs le savent. C'est la base», a-t-il insisté.

À l’heure actuelle il n’est pourtant pas possible d’établir la date du tir, la balle étant dépourvue de rayures ce qui rend impossible tout relevé balistique. L’enquête confiée à la gendarmerie est en cours.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
fillette, balles, Calvados, sanglier
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook