Faits divers
URL courte
Par
8267
S'abonner

Une méprise a eu lieu le 6 janvier dans un centre de loisirs de Toulouse. L’établissement a laissé partir un garçonnet de sept ans avec un inconnu alors que celui-ci devait récupérer l’enfant de son amie. La famille veut déposer une plainte.

Un père de famille envisage de déposer une plainte contre la mairie de Toulouse après que son enfant de sept ans, confié à un centre de loisirs, est reparti avec un inconnu, rapporte La Dépêche du Midi. Les faits se sont produits le 6 janvier.

Un malheureux concours de circonstances

Comme l’indique le quotidien, un homme mandaté par une mère de famille est venu chercher son garçonnet au centre de loisirs municipal. Mais les deux ne s’étaient jamais vus et un autre enfant avec le même prénom lui a alors été remis et a passé deux heures chez lui.

Un peu plus tard, la mère a joint son ami et a remarqué la méprise. Le soir, les parents du premier garçon ont appris toute l’histoire de la directrice du centre de loisirs et, «scandalisés», veulent porter plainte contre la mairie, précise le média.

La Dépêche du Midi relate que la mairie a annoncé le 8 janvier avoir ouvert «une enquête interne».

«La mairie de Toulouse est profondément désolée de ce qui est arrivé à ce garçon dont ses équipes avaient la responsabilité et comprend l’émotion que cela a pu susciter chez ses parents», déplore le Capitole, cité par le média.

La famille de l’enfant emmené par erreur a reçu des excuses lors d’une réunion organisée le 8 janvier. En outre, la direction municipale Enfance et Loisirs n’exclut pas de prendre des sanctions.

Lire aussi:

La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Tags:
Toulouse, plainte, enfants, incident, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook