Faits divers
URL courte
Par
191047
S'abonner

Ayant appris l’hospitalisation de son frère Bagui, emprisonné, Assa Traoré et des proches ont tenté de lui rendre visite aux urgences. D’après Valeurs actuelles, elle a parcouru les couloirs de l’hôpital malgré le refus du personnel soignant et a reçu une amende pour non-respect du couvre-feu.

Mardi 16 mars, apprenant l’hospitalisation de son frère Bagui emprisonné depuis 2016, Assa Traoré, son avocate, et plusieurs membres du collectif «La vérité pour Adama», se sont rendus dans la soirée au Chesnay, dans les Yvelines, pour tenter de lui rendre visite aux urgences.

D’après un journaliste de Valeurs actuelles se référant à une source policière, Assa Traoré s’est heurtée au refus du personnel soignant de voir son frère, et a malgré tout parcouru les couloirs de l’établissement pour tenter de le trouver. La police est alors intervenue pour «prévenir d’éventuels débordements», selon le magazine.

Dans un même temps, le collectif «La vérité pour Adama» a publié une vidéo de leur arrivée devant les urgences, accueillis par plusieurs policiers qui les ont verbalisés pour non-respect du couvre-feu. Le groupe s’était rendu plus tôt dans la soirée à la prison de Bois d’Arcy (Yvelines), où est habituellement détenu Bagui Traoré, cherchant à obtenir des informations sur son état de santé.

Dans une autre vidéo diffusée par le collectif, Assa Traoré affirme que son frère est hospitalisé depuis la nuit de dimanche à lundi, mais qu’elle n’en a été informée que deux jours plus tard. Elle assure également que les surveillants pénitentiaires ont «convoqué les détenus en disant qu’il ne fallait pas qu’ils parlent, qu’ils ne donnent pas d’information à la famille Traoré sur l’état et les conditions de Bagui».

Transfert

Selon Valeurs actuelles, Bagui Traoré «a été transféré par les agents pénitentiaires dans un autre centre hospitalier, sans que sa sœur n’ait pu le voir». Mercredi 17 mars, Assa Traoré a annoncé qu’elle avait pu voir son frère à l’hôpital de la Salpêtrière (Paris XIIIe). «Il est pris en charge, des examens complémentaires sont en train d’être effectués pour savoir ce qu’il a exactement», a-t-elle déclaré.

Bagui Traoré est incarcéré depuis 2016, accusé d’avoir tiré sur des membres des forces de l’ordre lors des affrontements qui étaient survenus dans le Val-d’Oise pendant cinq jours après la mort de son frère Adama.

Il a été mis en examen en 2017 pour tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique. En juillet 2019, la justice a décidé de le renvoyer devant une cour d’assises. Son procès, qui concerne également cinq autres personnes, devait avoir lieu le 15 juin 2020, mais il a été repoussé, sans qu’une autre date d’audience ne soit définie. Outre cette affaire, il avait déjà été condamné en juin 2017 à six mois de prison ferme pour violences contre des policiers et gendarmes en novembre 2016.

L’affaire Adama

Adama Traoré est décédé en juillet 2016 après son interpellation à Beaumont-sur-Oise par des gendarmes. Depuis, sa famille tente d’éclaircir les circonstances de sa mort et de faire condamner ces derniers, affirmant qu’ils en sont responsables. Selon la dernière expertise rendue en février dernier, Adama Traoré serait mort d’un «coup de chaleur», «aggravé» par les techniques d’immobilisation des gendarmes et, dans une «plus faible mesure», par ses antécédents médicaux.

Contacté au sujet de la visite aux urgences du Chesnay, le collectif «La vérité pour Adama» n’a pour l’heure pas répondu à nos sollicitations.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
prison, couvre-feu, hôpital, Adama Traoré, Assa Traoré
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook