Faits divers
URL courte
Par
9429
S'abonner

Contactée par Sputnik, l’ambassade turkmène à Paris a démenti et qualifié d’«absolument incorrectes» les informations parues dans Le Parisien, selon lesquelles l’ambassadeur de ce pays est soupçonné de violences contre sa femme et sa fille.

La mission diplomatique du Turkménistan en France a réagi aux informations parues dans Le Parisien faisant état de violences présumées de Chokhrat Djoumaïev, ambassadeur turkmène en France, à l’encontre de sa femme et de sa fille.

«Cette information est absolument incorrecte et atteint l’honneur et la dignité de l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Turkménistan», a fait savoir l’ambassade à Sputnik.

Un incident dans le XVIe arrondissement

De source policière, Le Parisien a écrit le 13 mai que la femme de l’ambassadeur du Turkménistan en France avait contacté la police pour dénoncer des violences infligées à elle-même et sa fille de 19 ans par son mari.

Les faits se seraient produits le 12 mai dans le XVIe arrondissement de Paris, a avancé le quotidien. L’ambassade du Turkménistan en France se trouve d’ailleurs aussi dans cet arrondissement.

Selon Le Parisien, au moment de l’arrivée des policiers, le diplomate n’était pas présent à son domicile. Les femmes ont été relogées, toujours d’après le quotidien.

Du fait de l’immunité diplomatique de l’agresseur supposé et de ses victimes, aucune enquête n’a pu être ouverte.

Le parquet de Paris a indiqué au quotidien ne pas avoir «d’éléments à communiquer à ce stade» sur le sujet.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Rencontre Biden-Poutine: «les Américains ont compris que leur politique russophobe était allée trop loin»
Tags:
ambassadeur, ambassade, diplomates, violences conjugales, violence domestique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook