Faits divers
URL courte
Par
18960
S'abonner

Une association basée à Roubaix se retrouve sous le coup d’une enquête préliminaire pour «abus de confiance» à la suite de la publication de nombreux éléments à charge par La Voix du Nord. Ses cours d’arabe cachaient des cours d’éducation religieuse.

Averti par la préfecture, le parquet de Lille a ouvert une enquête préliminaire pour «abus de confiance» concernant l’association roubaisienne «Ambitions et initiatives pour la réussite» (AAIR). D’après La Voix du Nord, matériel scolaire à l’appui, elle enseignait le Coran à ses élèves pendant les cours d’arabe depuis des années.

Subventionnée à hauteur de 80.000 euros en 2020 par l’État, la région Hauts-de-France, le département du Nord et la ville de Roubaix, elle ne s’est jamais présentée comme une association islamique. Parmi ses objectifs: «promouvoir l'instruction et l'émancipation des femmes et des jeunes filles» ou encore «développer des actions de suivi scolaire pour palier [les] problèmes d'échec scolaire».

Un carnet de correspondance consulté par le quotidien régional montre des éléments religieux explicites. «Apprendre la sourate Al Fatiha par cœur plus l’invocation apprise en classe», «évaluation sur la sourate El Massad», figurent notamment parmi les devoirs donnés aux élèves. Les manuels proposés présentent uniquement des femmes et fillettes voilées et contiennent des modes d’emploi à la prière islamique.

«Rupture de confiance»

L’affaire date en réalité déjà de plusieurs mois. En mars dernier, une enquête administrative de la préfecture avait déjà conclu que AAIR avait des activités «contraires à la laïcité et aux valeurs de la République». Les locaux de l’association se situent dans un bâtiment public côtoyé par des employés de la ville, lesquels y ont commencé à observer des prières collectives avec les enfants dès le mois d’octobre. Plus de 25.000 euros de subventions ont dû être remboursés.

En mai, l’association a été perquisitionnée. Si elle n’avait donné lieu à aucune interpellation, des éléments découverts allaient «dans le sens de la commission de plusieurs infractions», poursuit La Voix du Nord. À l’époque, la ville de Roubaix avait continué à soutenir AAIR, mais avait gelé ses subventions 2020 et 2021 «par précaution».

Les nouveaux éléments publiés ce jeudi lui ont fait changer sa position.

«Cette fois, il semble incontestable que l’association nous a menti et n’a pas respecté la charte de la laïcité qu’elle a pourtant signée», a réagi le premier adjoint auprès du quotidien.

Le maire de Roubaix Guillaume Delbar a convoqué le président de l’association pour «officiellement tirer les conséquences de ce qui m’apparaît aujourd'hui comme une rupture de confiance».

Association islamique?

En plus de la perte de ses subventions, l’association AAIR risque désormais de ne plus pouvoir occuper les locaux mis à disposition par la municipalité.

«Nous démentons catégoriquement faire des cours de coran ou de religion au sein de notre association», assure son président Nordine Khabzaoui dans La Voix du Nord, «nous ne sommes pas du tout une association islamique».

Et de conclure: «Notre objectif c’est d’aider des gamins en souffrance scolaire, pas de se substituer aux mosquées».

Lire aussi:

Les nombres de décès quotidiens dus au Covid et de malades en réanimation grimpent en France
La police allemande patrouille à La Rochelle aux côtés de la gendarmerie – photo
Un trentenaire décède après sa vaccination au Pfizer dans les Landes, la famille y voit un lien et porte plainte
Tags:
école coranique, langue arabe, subventions, association, prosélytisme, Roubaix
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook