Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestation contre la loi travail à Paris

    Loi Travail: la manifestation parisienne, 5 juillet 2016

    © REUTERS / Regis Duvignau
    France
    URL courte
    8151
    S'abonner

    Les opposants à la loi Travail se sont rassemblés dans les rues, mardi, pour la 12e et dernière journée de mobilisation avant les vacances d'été, au moment où Manuel Valls annonçait un nouveau recours au 49-3 pour faire adopter ce projet.

    La manifestation contre la loi travail a rassemblé mardi à Paris entre 6.500 et 7.500 personnes, selon la préfecture de police, la CGT avançant de son côté le chiffre de 45.000 participants, des chiffres en recul par rapport à la précédente journée.

    Entre la place d'Italie et la place de la Bastille, le cortège parisien rassemblait plusieurs milliers de personnes, selon l'AFP.

    ​Un défilé encore sous bonne surveillance policière. Selon la préfecture de police, cinq personnes ont été interpellées avant le départ de la manifestation pour détention de "matériels non autorisés".

    "Le gouvernement n'a pas l'opinion publique avec lui, il n'a pas la majorité syndicale avec lui, il n'a pas la majorité à l'assemblée pour faire passer sa loi. Une fois de plus c'est un passage en force", a insisté Philippe Martinez, le leader syndical.

    Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé qu'il déclencherait de nouveau le 49-3 dès mardi à l'Assemblée pour faire adopter le texte sans vote.

    Contrairement aux 14 et 28 juin, où elle avait dû fermer ses portes en raison de la grève, la Tour Eiffel pouvait se visiter mardi. La CGT l'a toutefois habillée aux couleurs de l'opposition à la loi avec une banderole "stop loi travail".

    Lire aussi:

    Hollande: la loi Travail sera votée
    49.3 pour faire passer la loi Travail: "Respecter les traditions du parlementarisme"
    "Comme si le peuple n’existait pas": la loi Travail au centre de la polémique
    Loi Travail: Valls redit qu'il ira "jusqu'au bout"
    Tags:
    loi Travail, manifestation, Philippe Martinez, Manuel Valls, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik