Ecoutez Radio Sputnik
    Corse

    Corse: "La France se grandira en nous reconnaissant le droit d'être nous-mêmes"

    © Flickr/ Lori Branham
    France
    URL courte
    132011

    Le président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni a accordé une interview à l'agence Sputnik suite à la première visite de Manuels Valls sur l'île.

    Selon M.Talamoni, lorsque les indépendantistes revendiquent "un statut fiscal et social spécifique" pour la Corse, "c'est simplement pour faire valoir une situation différente".

    "Il y a un principe européen qui est appliqué de manière constante dans la jurisprudence, et ce principe dit simplement que la discrimination consiste à traiter de façon différente les situations identiques ou bien de traiter de façon identique les situations différentes", explique-t-il.

    Drapeau corse , la préfecture à Ajaccio
    © AFP 2019 Yannick Graziani
    "Donc c'est au nom de ce principe européen que nous formulons un certain nombre de revendications et nous disons que ce n'est pas un cadeau que nous demandons (…), mais que nous demandons simplement la justice", poursuit M.Talamoni.

    Revenant sur sa récente comparaison de la Corse avec l'Algérie française, l'interlocuteur de l'agence a souligné que la France avait "commis un certain nombre d'erreurs" en Algérie, ayant notamment "confondu un problème politique avec un problème de maintien de l'ordre", "et c'est ce qui a été fait en Corse".

    Interrogé sur l'intention de la Corse d'accueillir les réfugiés en cas de son indépendance, Jean-Guy Talamoni a indiqué que ses partisans avaient "une position très claire sur la question".

    "Accueillir les réfugiés fait partie du droit des gens, c'est même la marque de la civilisation, et il est évident que la Corse en aucun cas ne pourrait se mettre en dehors de la civilisation en refusant d'accueillir des personnes qui fuient la guerre", insiste-t-il.

    Dans le même temps, M.Talamoni a précisé que l'indépendance de la région n'était pas à l'ordre du jour "pour le moment et les cinq années à venir".

    "Aujourd'hui il y a deux courants au sein de nationalisme: il y a un courant indépendantiste dont je fais partie et il y a un courant autonomiste. Et ce sont ces deux courants qui ont passé un contrat de mandature et dans ce contrat de mandature pour les cinq années à venir il n'y a pas de processus d'indépendance engagée", a conclu le président de l'Assemblée de Corse.

    Lire aussi:

    Google Traduction intègre 13 nouvelles langues, dont le corse
    Salle de prière musulmane saccagée en Corse: Valls dénonce une profanation inacceptable
    Territoriales: victoire historique des nationalistes en Corse
    Tags:
    indépendantistes, crise migratoire, nationalisme, réfugiés, Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, Manuel Valls, Corse, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik