Ecoutez Radio Sputnik
    Loi travail

    Bénéfices ou social: pour qui roule Michelin?

    © AFP 2019 Jean-Sebastien Evrard
    France
    URL courte
    1177
    S'abonner

    Dans un entretien accordé à Sputnik, Gérard Lutique, président du think thank économique Cercle Kondratieff, s’est prononcé sur l’intention du groupe Michelin de supprimer des emplois chez ses cadres et agents de maîtrise.

    La décision de Michelin de supprimer près de 1.500 postes de cadres et agents de maîtrise aux États-Unis et dans la région de Clermont-Ferrand est provoquée «par la concurrence chinoise violente sur le marché mondial», a révélé à Sputnik Gérard Lutique, président du groupe de réflexion économique Cercle Kondratieff.

    «Les Chinois y arriveront, parce qu'on se laisse faire. Les Américains sont dans le même panier. L'Europe est trop faible aujourd'hui pour faire face au géant qui est la Chine», a annoncé l'expert.

    «On nous promet la diminution de 5.000 postes jusqu'en 2021», a déclaré à Sputnik Hervé Colas, coordinateur du syndicat Force ouvrière branche caoutchouc.

    Selon M.Lutique, «Michelin se défend comme il peut» car «le système français a 50 ans de retard». D'après lui, la situation autour de Michelin est liée à la concurrence.

    «Le même cas [se produit, ndlr] avec le travailleur polonais du bâtiment, qui accepte moins que le SMIC, du coup, le travailleur français n'est pas compétitif», a souligné Gérard Lutique.

    D'après lui, «licencier 500 personnes» serait plus raisonnable que «ne pas licencier et plus tard virer 5.000».

    Des négociations entre Michelin et les syndicats se tiendront entre juillet et décembre 2017, d'après M.Colas.

    Gérard Lutique a également indiqué que parmi les nouveaux députés qui viennent d'être élus, il y a des chefs d'entreprise, des emplois. Ainsi, c'est «le peuple qui a la voix et pas les politiques qui en font leur métier et n'ont fait que ça toute leur vie».

    Lire aussi:

    L’ubérisation du travail: la solution pour lutter contre le chômage?
    La force de la pensée mettra-t-elle les claviers au chômage?
    Chômage : la posture de l’imposture
    Tags:
    syndicats, emploi, Michelin, Chine, États-Unis, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik