Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Sifflets, «laïcité républicaine»: Macron critiqué après les obsèques de Johnny Hallyday

    © REUTERS / Etienne Laurent
    France
    URL courte
    65728

    Le Président français a rejoint le mouvement d'hommage vibrant au chanteur décédé Johnny Hallyday avec une allocution qui n'a pourtant pas été très appréciée par les fans de la star.

    Sous le soleil hivernal, Emmanuel Macron a tenu samedi un discours aux pieds de l'église de la Madeleine en hommage au rocker Johnny Hallyday décédé le 6 décembre. Or, une fois que le Président a démarré son allocution, la foule a sifflé pendant un bon moment, avant de se calmer.

    «Johnny était beaucoup plus qu'un chanteur», a affirmé M.Macron, ajoutant que l'«invincible» Hallyday «était une part de nous-mêmes» et de la France. En réponse à sa prise de parole, les fans de la défunte star ont sifflé et scandé énergiquement «Johnny! Johnny!»

    Sur le Net, les sifflets n'ont pas échappé aux utilisateurs qui ont vu dans le discours du Président ses ambitions plutôt qu'une vraie compassion.

    Tandis que certains ont constaté la présence d'une «fausse note» dans la cérémonie d'obsèques, d'autres ont suggéré un possible remède à la situation.

    Mais le discours d'Emmanuel Macron n'a pas été le seul à provoquer une polémique. Ses gestes incertains devant le cercueil du chanteur ont également suscité un tas de réactions qui continuent d'affluer. Le dirigeant semblait être «à deux doigts de bénir le cercueil» de Hallyday, mais y a finalement juste posé les mains, provoquant des débats au sujet de la loi de 1905 sur la laïcité instaurant la séparation des Églises et de l'État.

    Entre-temps, Brigitte Macron a béni le cercueil avec le goupillon, ainsi que Nicolas Sarkozy.

    Le dirigeant de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, s'est de son côté attaqué au Président, lui reprochant la participation même à la messe dans l'église de la Madeleine. Dans un post sur Facebook, il a dénoncé notamment «ce que vaut la laïcité républicaine de certains».


    Le chef du gouvernement Édouard Philippe et le président (LR) du Sénat Gérard Larcher se sont brièvement inclinés, quant à eux, pour honorer la mémoire de Hallyday. L'ex-Président François Hollande a fait un signe de la tête pour rendre hommage au chanteur. Marine Le Pen n'a pas pu assister à la cérémonie funèbre, puisque la famille de Johnny Hallyday n'a pas souhaité sa présence aux obsèques.

    Johnny Hallyday a disparu dans la nuit du 6 décembre, emporté par un cancer. Il avait 74 ans. C'est sa femme Læticia qui a annoncé la mort du chanteur.

    Lire aussi:

    «On est ensemble et on pleure»: les fans russes rendent hommage à Johnny Hallyday
    Jean d'Ormesson et Johnny Hallyday, un hommage éclipsé par l'autre fait réagir le Net
    Une Ferrari de Johnny Hallyday s’envole aux enchères pour un prix salé
    Tags:
    bénédiction, laïcité, hommage, cérémonie, critiques, obsèques, décès, religion, Johnny Hallyday, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik