Ecoutez Radio Sputnik
    la gare du Nord

    «Sac à dos social»: les députés préservent les avantages des cheminots

    © AFP 2018 Thierry Roge
    France
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    11211

    Lors de l’examen en première lecture de la réforme ferroviaire, les députés ont adopté mercredi des garanties pour les cheminots qui seraient tentés par la concurrence. La CFDT dénonce encore quelques lacunes et un gouvernement qui ne passe pas la première vitesse. Entretien.

    «Ce n'est pas rien!», s'exclamait Élisabeth Borne, la ministre des Transports, il y a quelques jours sur France Info, concernant les garanties pour les cheminots qui rejoindront la concurrence.

    Ce n'est pas rien, mais ce n'est pas tout à fait ça. C'est même «encore largement insuffisant», d'après Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT. «Il a fallu plus d'un mois pour avoir des réponses sérieuses, concrètes et précises». Néanmoins, chose promise, chose due.
    Mercredi 11 avril, l'Assemblée nationale a voté une série de garanties pour les cheminots SNCF qui voudraient aller travailler pour une autre entreprise ferroviaire. Ce «sac à dos social», comme l'appelle la ministre, comporte le maintien du niveau du salaire au moment du transfert, le régime spécial de retraite, la garantie de l'emploi et les «avantages» historiques comme la facilité de circulation et l'accès à des médecins spécialisés.

    «C'est un amendement logique si vous voulez réussir l'ouverture à la concurrence. Comme les opérateurs privés vont arriver sur le marché en n'ayant pas leur personnel, on est obligés de trouver des volontaires.»

    Si le salarié y perdait, «on n'aurait évidemment pas accepté un transfert, c'est logique», estime Rémi Aufrère-Privel, pour qui ce vote va cependant dans le bon sens. Pour l'instant. Car il reste quelques propositions qui restent sans réponse de la part du gouvernement, qui «joue la montre».

    «On aurait préféré régler les sujets le plus rapidement possible par la négociation. Mais manifestement, il y a un effet stratégique qui nous gêne encore beaucoup.»

    Au cœur des revendications notamment, la «portabilité de garanties de l'emploi en cas de mobilité à l'intérieur de la branche», c'est-à-dire que si l'employeur fait faillite, que l'employé puisse retourner à la SNCF, ou encore que l'entreprise «exerce à titre principal une activité de transport», afin de conserver la convention collective de la branche ferroviaire. Des amendements que le gouvernement devrait accepter, mais qu'

    «Il renvoie aux calendes grecques, c'est-à-dire au débat sénatorial du mois de mai, certains amendements qui sont pour nous assez importants […]», poursuit M. Aufrère-Privel, «On aurait pu s'épargner la perte de temps» et «réduire l'angoisse de nos collègues».

    Ce «sac à dos social» devrait être complété d'ici l'examen du projet de loi de réforme ferroviaire au Sénat fin mai, en fonction des concertations en cours avec les organisations syndicales, a indiqué la ministre des Transports, Élisabeth Borne, qui constate que ces derniers «n'ont pas une position uniforme», et que les cheminots «ne débattent pas du principe» de la concurrence, mais se demandent «comment cela va se passer pour eux». 

    Lire aussi:

    SNCF: la fronde syndicale fera-t-elle plier le gouvernement?
    SNCF: le modèle du privé, remède miracle ou potion amère de l’UE?
    «Que le gouvernement recule»: pourquoi les cheminots maintiennent le conflit (vidéos)
    Tags:
    avantages, CFDT-SDX, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik