France
URL courte
19120
S'abonner

Alors que Nick Conrad a expliqué dans une interview au Parisien les raisons qui l’ont poussé à sortir le clip raciste «PLB», ou «Pendez les Blancs», les Français se retrouvent divisés face à cette «perception différente de l’esclavage». En voici les pour et les contre.

Le rappeur Nick Conrad, ayant récemment publié un morceau montrant des scènes de torture et de massacre de Blancs, le tout accompagné de paroles racistes appelant à les tuer atrocement, a évoqué ses motivations dans une interview au Parisien.

«Ce morceau, c'est un miroir, une réponse aux injustices vécues par ma communauté depuis l'esclavage», a-t-il expliqué, ajoutant qu'il voulait «inverser les rôles de l'homme blanc et de l'homme noir» ainsi que de «proposer une perception différente de l'esclavage».

Il a également dit que «le choc était voulu» et s'est plaint de l'incompréhension rencontrée par son œuvre en France, poursuivant que c'était dommage que certains soient «restés bloqués sur le premier degré».

«Moi je voulais juste faire passer un message simple: acceptons-nous les uns les autres dans notre différence», a conclu l'auteur de la chanson dont les paroles incitaient à «pendre», «cramer» et «torturer» les Blancs.

Les Français ont à leur tour commencé à s'exprimer sur des réseaux sociaux au sujet des explications présentées par le rappeur.

Ainsi, certains sont restés persuadés que le clip était une incitation à la haine et au meurtre.

D'autres, par contre, ont pris le parti du rappeur et se sont mis à le défendre en justifiant son morceau anti-Blancs.

Plusieurs Français ont toutefois jugé totalement insensé le message que voulait passer l'artiste car, suivant son idée, il aurait fallu se rappeler de multiples autres oppressions qu'a connu l'humanité au cours de son histoire.

«PLB», pour «Pendez les Blancs». C'est le titre du dernier morceau de Nick Conrad, dont le clip a été publié sur YouTube le 17 septembre dernier. Ouvertement raciste, le clip montre plusieurs scènes de violence envers les personnes blanches de peau et appelle explicitement à les tuer en masse. Largement partagée sur le Web, la vidéo visionnée plus de 4.000 fois n'a été supprimée de YouTube que ce mercredi 26 septembre. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «provocation publique à la commission d'un crime ou d'un délit».

Lire aussi:

L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Assassinat du général Soleimani: «les Américains se prennent pour les maîtres du monde», selon Tahhan
Une fillette de 3 ans étranglée par sa mère de 19 ans en train de hurler «Jésus de Nazareth»
Tags:
Blancs, Noirs, chanson, rap, racisme, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook