Ecoutez Radio Sputnik
    Portant le même nom que Nick Conrad, ce présentateur de la BBC dit avoir reçu des menaces

    Portant le même nom que Nick Conrad, ce présentateur de la BBC dit avoir reçu des menaces

    CC0 / Pexels
    France
    URL courte
    243

    Un présentateur de la BBC portant le même nom que le rappeur Nick Conrad, qui avait appelé à «pendre les Blancs» dans son dernier clip, a annoncé avoir fait l’objet de menaces à cause de cette homonymie, relate certains médias français.

    Selon le présentateur d'une antenne locale de la BBC, il aurait été menacé à cause de son nom, identique à celui du rappeur Nick Conrad, rapporte la presse française. Ce dernier a en effet récemment diffusé un clip dans lequel il incite ses auditeurs à «pendre les Blancs» ce qui a provoqué un véritable scandale en France.

    «Les gens se sont tournés vers Twitter pour exprimer leur frustration et leur fureur contre M. Conrad et plutôt que de les diriger vers lui, c'est moi qui les reçois», a déclaré le présentateur dans son émission matinale, évoquant «des menaces de mort en français».

    «Je ne suis pas le rappeur français Nick Conrad. J'ai passé les 20 dernières minutes à traduire des menaces de mort!», a-t-il déclaré sur Twitter. Il a en outre condamné les paroles du morceau intitulée «PLB».

    Suite à la diffusion de ce clip, le parquet de Paris a ouvert ce mercredi une enquête pour «provocation publique à la commission d'un crime ou d'un délit». Dans un entretien accordé au Parisien, le rappeur a affirmé avoir «voulu inverser les rôles de l'homme blanc et de l'homme noir» et expliqué que le «choc était voulu», «mais pas à un tel niveau».

    Lire aussi:

    «Pendre», «cramer» et «torturer» les Blancs: l’appel de ce rappeur noir secoue la France
    «La classe privilégiée à qui tout est permis nommée?»
    Quand Le Monde diabolise Patrick Jardin, père de victime au Bataclan
    Tags:
    homonyme, menaces, Blancs, scandale, chanson, rappeur, BBC, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik