Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Le Monde s’excuse de nouveau pour sa couverture de Macron

    © AFP 2019 Ludovic Marin
    France
    URL courte
    10111
    S'abonner

    Trois jours après avoir présenté ses excuses pour sa Une contestée présentant Emmanuel Macron sur un fond blanc et rouge, évoquant le drapeau nazi, Le Monde a renouvelé ses excuses via son directeur Jérôme Fenoglio. «Notre erreur et notre responsabilité», regrette l’édito du Monde du 1er janvier.

    Après avoir publié un montage polémique d'Emmanuel Macron en Une de M, dont le visuel blanc et rouge a été vu comme un parallèle avec Adolf Hitler, la direction du Monde a présenté ses excuses…une deuxième fois. Ces dernières excuses datent du 1er janvier.

    «Nous avons reçu, depuis trois jours, de nombreux courriels de lecteurs exprimant leur réprobation, voire leur indignation, à l'encontre de la couverture du dernier numéro de « M le magazine du Monde», renouvelle ses excuses Jérôme Fenoglio, le directeur du journal Le Monde, dans un éditorial du 1er et du 2 janvier.

    Samedi, jour de parution de la Une contestée, le quotidien avait déjà présenté ses excuses à ses lecteurs via Luc Bronner, le directeur des rédactions du journal.

    «La couverture de M le magazine du Monde datée du samedi 29 décembre a provoqué des réactions critiques de certains de nos lecteurs. Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été choqués par des intentions graphiques qui ne correspondent évidemment en rien aux reproches qui nous sont adressés», a écrit le directeur des rédactions, Luc Bronner.

    Selon lui, «les éléments utilisés faisaient référence au graphisme des constructivistes russes au début du XXe siècle, lesquels utilisaient le noir et le rouge. La couverture s'inspire par ailleurs de travaux d'artistes, notamment ceux de Lincoln Agnew, qui a réalisé de nombreux sujets graphiques pour M le magazine du Monde».

    Tags:
    excuses, critiques, couverture, Le Monde, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik