France
URL courte
3618016
S'abonner

«Alors qui est-ce qui déconne?». Compagne du footballeur marseillais Adil Rami, la star Pamela Anderson a réagi dans une série de tweets à la récente déclaration faite par Emmanuel Macron dans l’Eure.

«Le Président Macron a lancé un "débat national" sur les Gilets jaunes, mais la première chose qu'il fait est d'offenser la classe ouvrière en disant qu'elle "déconne". Jusqu’à maintenant, le mépris pour les pauvres semble être l'unique succès de ce "débat national"», a twitté le 18 janvier la star hollywoodienne Pamela Anderson.

​C’est ainsi que l’actrice a réagi à la phrase prononcée par le chef de l’État mercredi dernier à Gagny, dans l’Eure. Le Président avait alors déclaré devant les élus en abordant la question de la pauvreté:

«Il y a des gens en situation de difficulté que l'on va davantage responsabiliser, parce qu'il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. Mais ils sont tous acteurs».

Dans un tweet suivant, Pamela Anderson a attiré l’attention sur le fait qu’au moment même où le grand débat devait commencer le Président a annoncé qu’il maintenait les troupes françaises en Syrie, «tandis que son ex-aide à la sécurité est en examen pour l’usage abusif de passeports diplomatiques».

​«Alors qui est-ce qui déconne, les Gilets jaunes ou Macron lui-même?», s’interroge-t-elle.

Rappelons que Pamela Anderson, compagne du footballeur marseillais Adil Rami, avait par le passé dénoncé sur son compte Twitter la «violence structurelle des élites» françaises et dans le monde.

Lire aussi:

La natalité française s’écroule, Bayrou demande davantage d'immigrés: comme un air de déjà-vu?
Tribune des policiers: un syndicat appelle à pouvoir «ouvrir le feu avant d’être abattus par les voyous»
En continu: la France réaffirme sa «volonté de contribuer à un retour au calme» dans les territoires en conflit
L’hôtel de ville de Nice arbore le drapeau israélien – photo
Tags:
gilets jaunes, tweet, pauvreté, Pamela Anderson, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook