Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla et Emmanuel Macron

    Perquisition des locaux de Mediapart: des internautes dénoncent des principes dictatoriaux

    © AP Photo / Stephane Mahe/Pool
    France
    URL courte
    9191

    «Qui dirige le parquet?», le gouvernement «cherche à museler les médias», c’est une «atteinte à la liberté de la presse», de tels commentaires ont déferlé sur les réseaux sociaux suite à une tentative de perquisition des locaux de Mediapart après sa publication d’enregistrements d’une conversation attribuée à Benalla et Crase.

    De multiples commentaires ont inondé les réseaux sociaux après que Mediapart a signalé que deux procureurs accompagnés de policiers se sont présentés le 4 février dans les locaux du site d'actualité pour les perquisitionner et ce quelques jours après la publication d'enregistrements d'une conversation attribuée à Benalla et Crase.

    À en juger par leurs publications sur Twitter, la majorité des internautes ont été indignés par cette tentative. Certains ont écrit qu'Emmanuel Macron avait «perdu la raison» et que la République française «se transformait» en un «régime autoritaire».

    ​​​Il y a eu également ceux qui ont fait remarquer que des médias français, comme la radio France Inter, n'avaient pas couvert la perquisition dans les locaux de Mediapart.

    Certains internautes ont exprimé leur soutien à ce site d'actualité tout en qualifiant la tentative de perquisition de «grave atteinte à la liberté de la presse».​

    ​​D'autres ont dit avoir «super peur» à cause des «attaques» d'Emmanuel Macron contre les médias. Selon eux, le Président français est toutefois en train de «creuser sa propre tombe».

    ​​Plusieurs utilisateurs de Twitter se sont lancés dans une véritable compétition en diffusant des images hilarantes liées à la situation autour de Mediapart.

    ​​Moins d'une semaine après que Mediapart a révélé des extraits d'une conversation que le site présente comme ayant eu lieu entre l'ancien chargé de mission à l'Élysée Alexandre Benalla et l'ancien gendarme Vincent Crase, ce média d'investigation en ligne a communiqué sur son compte Twitter sur une tentative de perquisition de ses locaux entreprise le 4 février.

    Comme le précise le média qui promet de livrer plus de détails dans des publications à venir, deux procureurs, accompagnés de trois policiers, ont voulu perquisitionner ses locaux et ce dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet «pour [notamment] atteinte à la vie privée de M.Benalla suite à nos révélations de la semaine dernière».

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    réseaux sociaux, liberté de la presse, réaction du Net, perquisition, Mediapart, Vincent Crase, Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik