France
URL courte
Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (181)
298410
S'abonner

Des Gilets jaunes ont hué et insulté le philosophe Alain Finkielkraut qui avait déclaré dans une interview au Figaro que leurs représentants avaient été «accueillis à bras ouverts sur tous les plateaux de télévision», ce qui leur est monté «à la tête et l'arrogance a changé de camp».

Le philosophe et académicien Alain Finkielkraut, qui avait de la sympathie pour le mouvement des Gilets jaunes, a été hué et injurié ce samedi lors d'une manifestation de ceux-ci à Paris, comme le montre une vidéo sur les réseaux sociaux.

«Barre-toi», «Nous sommes le peuple», «La France elle est à nous», «Il est venu exprès pour nous provoquer»: voici plusieurs slogans lancés par des manifestants qui ont aperçu l'académicien.

Les forces de l'ordre ont dû s'interposer pour protéger le philosophe. Plusieurs responsables politiques, dont des membres du gouvernement, n'ont pas laissé l'incident sans réaction et ont condamné l'attitude des Gilets jaunes.

À commencer par le Président de la République.

Le ministre de l'Intérieur a également jugé la situation.

L'écrivain Bernard-Henri Lévy, qui a récemment exprimé sa vive désapprobation envers le mouvement des Gilets jaunes allant jusqu'à le qualifier de «mortifère», a également répondu présent à cet appel.

Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale, victime récemment d'une tentative d'incendie de son domicile dont la responsabilité avait été imputée dans un premier temps aux Gilets jaunes par Christophe Castaner, s'est également prononcé sur l'incident.

Alain Finkielkraut avait exprimé au début sa sympathie pour le mouvement des Gilets jaunes, mais avait condamné par la suite la tournure violente des manifestations.

«Les différents leaders de cette révolte protéiforme ont été accueillis à bras ouverts sur tous les plateaux de télévision. Ils sont devenus les stars du petit écran. Cette promotion leur est montée à la tête et l'arrogance a changé de camp», avait-il indiqué dans un entretien au Figaro.

À un jour près, cela fait trois mois que les Gilets jaunes se rassemblent tous les samedis, initialement pour dire non à la hausse des prix du carburant. Ce 16 février, les Gilets jaunes se sont retrouvés pour l'acte 14 dans de nombreuses villes françaises.

Les estimations sur leur nombre vont de 41.500 pour le ministère de l'Intérieur à 230.000 pour le syndicat France Police-Policiers en colère.

Dossier:
Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (181)

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
L'armée US reconnaît que sa dernière frappe à Kaboul était une erreur avec «un bilan tragique»
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Tags:
France, Paris, Bernard-Henri Lévy, Emmanuel Macron, Richard Ferrand, Christophe Castaner, Assemblée nationale française, Le Figaro, manifestation, réseaux sociaux, insulte, slogan, gilets jaunes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook