France
URL courte
8134
S'abonner

Un détenu radicalisé a attaqué deux surveillants au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe avant de se retrancher dans une Unité de vie familiale. Selon Actu 17, lors de l’attaque, l’assaillant a hurlé «Allahu akbar». Le «caractère terroriste» de l'attaque «ne fait aucun doute», a indiqué la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

Deux gardiens du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne, ont été très lourdement blessés par un détenu radicalisé armé d'un couteau céramique, relatent les médias français. D'après les rapports d'Actu 17, l'assaillant, converti à l'islam depuis 2010, a hurlé «Allahu akbar» lors de l'attaque.

Il purge une peine de 28 ans de prison pour avoir, en 2012, séquestré, torturé et tué, avec deux complices, un octogénaire, ancien cheminot rescapé des camps nazis, dans le but de le voler. Selon les médias, l'assaillant est actuellement retranché dans une Unité de vie familiale (UVF) avec sa compagne.

Blessées au visage et au ventre, les deux victimes ont été prises en charge par le SAMU. D'après des sources contactées par Ouest-France, l'état des surveillants est «préoccupant». Les Équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) ont été appelées à se rendre sur place.

Le secrétaire général adjoint du syndicat pénitentiaire SNP-FO Yoan Karar a évoqué un «acte terroriste» en référence à l'attaque de Condé-sur-Sarthe.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, qui s'est rendue sur place, a dénoncé «le «caractère terroriste de cette attaque».

Dimanche, un surveillant a été attaqué à coups de fourchette au visage par un détenu au centre de détention de Roanne, dans le département de la Loire. L'homme, qui a été blessé à la gorge, à la joue et à la tête, a été emmené à l'hôpital et a reçu plusieurs points de sutures à la tête.

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
Ayant accusé son professeur Samuel Paty d’islamophobie, une élève avoue avoir menti
Tags:
attaque, système pénitentiaire, blessure, prisonniers, islamisme, terrorisme, Équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook