France
URL courte
0 36
S'abonner

Criblé de quatre impacts de balles, un sexagénaire, par ailleurs «très connu de la police et de la gendarmerie», a été découvert jeudi soir dans sa propre voiture, à Ballaison, en Haute-Savoie. Il s’agit du troisième homicide par balle en l’espace d’une semaine.

Après Hyères et Valence, le village de Ballaison, en Haute-Savoie, a été le théâtre d'un meurtre par balle. Un homme âgé de 58 ans a été découvert jeudi soir, vers 18h30, rapporte Le Parisien.

Il a été retrouvé dans sa voiture par une personne qui a appelé les sapeurs-pompiers.

Les gendarmes qui se sont rendus sur les lieux ont rapidement établi l'identité de la victime, touchée par balles à la tête, au thorax et à l'abdomen. Selon une source proche de l'affaire, citée par Le Parisien, l'homme est «très connu des archives de la police et de la gendarmerie».

Comme le précise le quotidien, les techniciens de l'identification criminelle ont passé beaucoup de temps sur les lieux de l'assassinat afin de «récupérer le maximum de traces et d'indices». L'affaire a été confiée à la section de recherches de Chambéry.

Il s'agit au moins du troisième mort connu des forces de l'ordre depuis une semaine. Dans la soirée du 14 mars, un homme a été tué dans une cité sensible d'Hyères (Var). La victime, décédée à la suite de blessures par balles, avait 21 ans.

Un autre homme est mort dans la nuit de vendredi à samedi dernier dans un centre hospitalier. Il avait été touché par balles dans les jambes, dans la Drôme, dans un quartier dit «sensible», selon les médias locaux. Comme l'a signalé Le Parisien, la police privilégie la version du règlement de compte.

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
Tags:
balles, meurtre, victimes, police, Haute-Savoie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook