France
URL courte
Mouvement des Gilets jaunes après 18 semaines de mobilisation (103)
34361
S'abonner

Répondant lors d'un point presse à Bruxelles à la question sur le recours à l'armée pour l'acte 19 des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a défendu la décision du gouvernement de s'appuyer sur les militaires.

S'exprimant lors d'un point presse à l'issue du Conseil européen, le Président français a défendu la décision de recourir à l'armée pour assurer la sécurité lors de l'acte 19 des Gilets jaunes.

Il a expliqué qu'il avait été décidé de «faire appel aux militaires de l'opération Sentinelle pour ce qui est leur mission: la lutte contre le terrorisme et protéger les sites sensibles pour pouvoir décharger les policiers et les gendarmes de ces missions. Mais en aucun cas l'armée dans notre pays n'est en charge du maintien de l'ordre, c'est un faux débat absolu». 

Cela «n'a jamais été le cas ces dernières années et ne sera pas le cas» et ainsi «ceux qui jouent à se faire peur ou à faire peur à certains ont tort», a souligné Emmanuel Macron.

Il est prévu que les militaires fassent ce qui est leur tâche, leur mission dans le cadre de l'opération Sentinelle, «nous les avons simplement davantage mobilisés» pour «dégager les policiers et les gendarmes», a poursuivi le chef de l'État. Ces derniers seront quant à eux «affectés aux tâches de maintien de l'ordre quand il y a quelques unes des manifestations illégalement déclarées» et devront «empêcher là où c'est interdit les rassemblements, les volontés d'émeutes et les casseurs», a-t-il conclu, souhaitant mettre fin aux «faux messages et fausses inquiétudes sur ce sujet».

Les 5.000 forces de l'ordre mobilisées samedi 16 mars, lors de l'acte 18 des Gilets jaunes, n'ont pas pu empêcher les pillages et incendies volontaires sur les Champs-Élysées. Dans ce contexte, le gouvernement a annoncé l'emploi des militaires de la force Sentinelle pour la prochaine mobilisation des Gilets jaunes. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a expliqué, mercredi 20 mars, que cette mesure permettrait de protéger des bâtiments officiels et autres «points fixes».

Au-delà de Sentinelle, des brigades anticasseurs dédiées seront déployées sur le terrain, des drones et des «produits avec des marquages indélébiles» permettant de «tracer» les casseurs vont aussi être mobilisés.

Dossier:
Mouvement des Gilets jaunes après 18 semaines de mobilisation (103)

Lire aussi:

Véran sur le reconfinement: «On n'attendra pas qu'une nouvelle vague arrive pour prendre les bonnes mesures»
Faut-il s’attendre à la fermeture des écoles en cas de nouveau confinement? Blanquer précise
Violente agression d'un adolescent à Paris: une vidéo choc se propage sur la Toile
Tags:
manifestation, ordre, maintien de la paix, gilets jaunes, militaires, armée, Emmanuel Macron, Bruxelles, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook