France
URL courte
22493
S'abonner

Le Président de la République a affirmé vendredi que le Golan était un «territoire occupé», peu après que le Quai d'Orsay a refusé de reconnaître la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan comme l’a auparavant fait Donald Trump.

Emmanuel Macron a déclaré vendredi que la France rejetait la décision des États-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan.

«Le Président de la République a souligné que la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan, territoire occupé, était contraire au droit international et ne pouvait qu'alimenter les tensions régionales», a indiqué l'Élysée dans un communiqué diffusé suite à une visite à Paris du roi Abdallah II de Jordanie.

Sur les réseaux sociaux, la déclaration a été vivement commentée. Les uns se sont tournés déjà vers l'avenir ou se sont lancés dans la critique, tandis que d'autres ont appelé au bon sens.

Il y a aussi des citoyens qui ont appelé ouvertement le Président à considérer avec plus de lucidité la situation à l'intérieur de son propre pays.

Le ministère français des Affaires étrangères a estimé plus tôt dans la semaine que «la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan, territoire occupé, serait contraire au droit international, en particulier l'obligation pour les États de ne pas reconnaître une situation illégale».

Lire aussi:

Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Tags:
droit international, déclaration, souveraineté, tensions, critiques, Internet, palais de l'Élysée, Abdallah II de Jordanie, Emmanuel Macron, Hauteurs du Golan, Israël, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook