France
URL courte
116
S'abonner

Des gendarmes des Deux-Sèvres ont maîtrisé le 21 avril un individu armé d'un couteau qui menaçait de mettre fin à ses jours et de faire sauter l'immeuble au gaz.

Au cours d'une opération, dimanche 21 avril, qui a duré environ trois heures, des gendarmes du Peloton d'Intervention et de Surveillance de la Gendarmerie (PSIG) de Niort et de la brigade de Saint-Maixent-l'École, dans les Deux-Sèvres, ont mis hors d'état de nuire un forcené qui s'était retranché chez lui armé d'un couteau, a raconté La Nouvelle République.

L'individu a déclaré «vouloir faire sauter du bleu et des pompiers» à l'aide de gaz, a précisé le journal.

Armé d'un couteau, il menaçait de se donner la mort et de faire sauter l'immeuble au gaz. Les sapeurs-pompiers, également mobilisés, ont procédé à l'évacuation des logements voisins et délimité un périmètre de sécurité. Finalement, le PSIG a donné l'assaut contre l'appartement et l'homme a été interpellé.

«Après s'être assuré de l'absence de gaz et de la présence de la personne, ordre a été donné au PSIG de pénétrer dans l'appartement, a indiqué le lieutenant-colonel Anthony Clerbout, commandant la compagnie de gendarmerie de Niort. En quelques secondes, l'unité d'intervention, casquée et équipée d'un bouclier, pénètre en force dans le logement et maîtrise le retranché sans que personne ne soit blessé.»

Maîtrisé par les gendarmes, l'homme a été conduit d'abord aux urgences puis a été hospitalisé d'office en service de psychiatrie, a ajouté le journal.

Lire aussi:

La situation «dramatique» en outre-mer est «un avant-goût de ce qui risque de se passer en métropole»
Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Un film US anti-avortement diffusé par C8 suscite une polémique, deux doubleurs refusant de participer
Leroy Merlin Russie à la rescousse du patrimoine en bois russe – images
Tags:
France, Niort, Deux-Sèvres, La Nouvelle République, gendarmes, arme blanche, gaz, sapeurs-pompiers, évacuation, hôpital, assaut
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook