Ecoutez Radio Sputnik
    Dans le bureau

    Où vivent les Français les plus stressés au travail?

    CC0 / Pixabay / mattblanchfield
    France
    URL courte
    346

    En Europe, les Français s’avèrent éprouver le plus grand stress au travail, indique l’étude réalisée par ADP. À l’intérieur du pays, les habitants du Sud-Ouest sont plus stressés que les autres.

    Tandis que les salariés français souffrent de la plus grande angoisse de la chaise de bureau parmi leurs confrères européens, les Français du Sud-Ouest sont les plus touchés, selon les résultats d’une étude du groupe ADP relayée par Le Figaro.

    Le taux record des habitants stressés au travail — 24% — est enregistré dans le Sud-Ouest, suivi du Centre avec 22%. La troisième place est occupée par les habitants de la capitale (20%). L’Est et le Nord sont les moins stressés professionnellement avec 16% chacun, indique l’étude dont l’échantillon est composé de 10.585 salariés de huit pays européens (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Espagne, Suisse et Royaume-Uni), dont 1.410 Français.

    Globalement, 19% des salariés français affirment souffrir d’anxiété au travail au quotidien. À la question de savoir s’ils pensent que leur chef s’intéresse à leur santé mentale, 31% répondent par la négative, alors que 41% considèrent que cet intérêt est superficiel. Les cadres en France voient leur hiérarchie avec le plus de critique en Europe, révèle l’enquête.

    À l’échelle européenne, la France dépasse l’Allemagne (20%) et la Pologne (25%). Le stress dans le cadre professionnel touche le plus les métiers de services et le domaine de la finance (26%), ceux des arts et de la culture (23%) et de l’éducation (22%).

    Près d’un tiers de salariés (32%) ne se sentent pas à l’aise pour aborder leurs difficultés psychologiques et 20% se disent prêts à en informer leur manager (11% pour informer les ressources humaines). Quant aux jeunes salariés, 79% sont déterminés à évoquer un problème de santé psychologique au travail si c’est le cas.

    Selon le président d’ADP en France et en Suisse, Carlos Fontelas de Carvalho, les problèmes de mal-être au travail sont «souvent causes d’absentéisme, de recul de la performance ou de burn-out. Pourtant, il n’y a aucune raison de ne pas les aborder de face et de ne pas les traiter de la même façon que les maladies physiques», a-t-il estimé, dénonçant le fait inquiétant que «30% des salariés en Europe n’osent pas en parler librement».

    Lire aussi:

    La justice italienne ordonne la saisie du navire Open Arms
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Tags:
    santé mentale, stress, étude, travail, Europe, Pologne, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik