Ecoutez Radio Sputnik
    Le palais de l'Élysée

    Sept œuvres d’art estimées à quelques milliers d'euros disparues de l’Élysée

    © AFP 2019 CHRISTOPHE PETIT TESSON
    France
    URL courte
    413920
    S'abonner

    Le Centre national des arts plastiques (CNAP) a déposé fin juin une plainte pour le vol de sept œuvres d’art du palais présidentiel, informe Le Parisien. Des dizaines de milliers d’objets ont également disparu dans d’autres établissements publics français.

    Le récolement effectué au palais de l’Élysée entre novembre 2012 et janvier 2013 a permis de constater la disparition de sept d’œuvres d’art estimées à quelques milliers d'euros, révèle le 7 juillet Le Parisien. Selon le journal, il s’agit de statuettes en bois et en terre cuite mais aussi d’un buste en bronze déposés entre 1879 et 1984.

    Fin juin dernier, le Centre national des arts plastiques (CNAP) a porté plainte pour vol à la Brigade de répression du banditisme (BRB) de Paris.

    La présidence française n’est pas la seule à être concernée par ce problème. Selon la Commission de récolement des dépôts d'œuvres d'art (CRDOA), «plus de 50.000» œuvres ont disparu de musées, de mairies, d'ambassades, mais aussi de Matignon, de l'Assemblée nationale ou du Sénat».

    «À la fin de l'année 2018, 2.300 plaintes pour vol avaient été déposées par les institutions en charge de ces œuvres», souligne Jean-Philippe Vachia, président de la CRDOA, cité par Le Parisien.

    D’après le média, 900 plaintes seront déposées dans les prochains mois. Comme l’explique M.Vachia, la CRDOA «ne demande le dépôt de plainte que lorsque» la documentation complète sur l’œuvre disparue est réunie.

    Il précise que «les objets volés ne sont pas des chefs-d'œuvre» mais «peuvent tout de même valoir quelques dizaines de milliers d'euros, et ont surtout une valeur patrimoniale importante». Ils sont rarement retrouvés par les policiers spécialisés, qui se concentrent surtout sur les biens de plus grande valeur.

    Tags:
    vol, art, palais de l'Élysée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik