Ecoutez Radio Sputnik
    Michel Houellebecq

    «L’État français a réussi à tuer Vincent Lambert»: Houellebecq accable le gouvernement

    © AP Photo /
    France
    URL courte
    1056938
    S'abonner

    L’auteur des Particules élémentaires s’en est pris à l’État français pour son ingérence dans l’affaire Vincent Lambert, mort après l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles autorisé par la Cour de cassation.

    L’arrêt des soins de l’ex-infirmier Vincent Lambert, décédé ce jeudi 11 juillet après avoir passé 11 ans en état végétatif, a suscité la réaction âpre du célèbre écrivain Michel Houellebecq.

    Dans un texte publié par Le Monde, l’auteur de La Possibilité d’une île dénonce la décision d’arrêter les soins du défunt, ainsi qu’une surmédiatisation de l’affaire et une forme d’ingérence de l’État.

    «L’État français a réussi à faire ce à quoi s’acharnait, depuis des années, la plus grande partie de sa famille: tuer Vincent Lambert», constate-t-il en préambule.

    Selon lui, le gouvernement aurait dû rester neutre et s’abstenir de toute intervention. L’écrivain se dit notamment «sidéré» par le pourvoi en cassation formé en mai dernier par la ministre de la Santé Agnès Buzin contre la décision de la cour d’appel de Paris qui ordonnait la reprise des traitements.

    Question de dignité

    Il souligne également que Vincent Lambert «n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables» et «n’était même pas en fin de vie». «Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien», insiste M.Houellebecq.

    «Dans ces conditions, fallait-il tuer Vincent Lambert? […] Il m’est difficile de me défaire de l’impression gênante que Vincent Lambert est mort d’une médiatisation excessive, d’être malgré lui devenu un symbole», confie-t-il.

    À la fin du texte, l’écrivain revient sur la notion de dignité: «Si elle peut être altérée par divers actes moralement répréhensibles, ne peut en aucun cas l’être par une dégradation, aussi catastrophique soit-elle, de son état de santé».

    «Ou alors c’est qu’il y a eu, effectivement, une "évolution des mentalités". Je ne pense pas qu’il y ait lieu de s’en réjouir», conclut Michel Houellebecq.

    11 ans en état végétatif

    Vincent Lambert, ancien infirmier psychiatrique, se trouvait en état végétatif chronique depuis un accident de la route survenu en 2008. Les lésions cérébrales subies par le défunt ont été jugées irréversibles. Jeudi 11 juillet, il est décédé à l’hôpital Sébastopol de Reims (Marne), neuf jours après le début de l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation artificielles qui le maintenaient en vie.

    Lire aussi:

    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition sur WhatsApp
    La crise financière c'est pour bientôt... et ce sont les investisseurs qui le disent
    Tags:
    décès, soins, France, Vincent Lambert, Michel Houellebecq
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik