Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron pendant une rencontre avec le gouvernement en mai 2017

    Le quinquennat Macron explose le record de départs de ministres sous la Ve République

    © AFP 2019 FRANCOIS MORI
    France
    URL courte
    Enquêtes journalistiques sur les frais de François de Rugy (28)
    18320

    Quinze départs de ministres en un peu plus de deux ans, une première à ce stade d’un quinquennat sous la Ve République. Où en étaient Hollande et Sarkozy avec leurs ministres durant leur quinquennat? Un retour dans le passé apporte des chiffres évocateurs.

    Ils sont désormais 15. Depuis l’investiture d’Emmanuel Macron, et après 794 jours à la tête de la présidence de la République, le gouvernement français a perdu 15 ministres, pour des raisons différentes. De Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, suspecté d’avoir loué des locaux commerciaux appartenant à sa compagne, à François de Rugy, englouti dans le tsunami des révélations de Mediapart, retour sur ces démissionnaires.

    Démissionnaires sous Macron

    À peine un mois après l’annonce de la composition du gouvernement Philippe, Macron faisait déjà face aux premiers départs avec celui de Richard Ferrand, suivi par François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard suite à l’affaire des assistants parlementaires du MoDem au Parlement européen.

    Si la première moitié de l’année 2018 a été assez calme en la matière, la seconde a en revanche été beaucoup plus mouvementée. Annonçant sa démission le 28 août, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a déploré le fait d’être «tout seul à la manœuvre», affirmant ne «plus vouloir mentir». Une semaine plus tard, la ministre des Sports Laura Flessel présente sa démission «pour raisons personnelles» sur fond d’enquête pour fraude fiscale. Enfin, un mois plus tard, c’est au tour du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb de quitter ses fonctions pour se consacrer à maire de Lyon.

    Affaiblie par l'ouverture d'une enquête pour des travaux non autorisés dans sa maison d'édition, Françoise Nyssen a été remplacée à la tête du ministère de la Culture lors du remaniement ministériel du 16 octobre 2018 par Franck Riester, un remaniement qui a également touché Delphine Gény, Stéphane Travert et Jacques Mézard.

    En 2019, ce chiffre grimpe à 14 avec les départs du ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux et du secrétaire d’État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi. La première était candidate aux élections européennes, quand les deux autres envisageaient une candidature aux municipales à Paris en 2020.

    Nouveau record battu?

    La démission de François de Rugy porte désormais le nombre de départs à quinze, du jamais vu. En effet, sous les 12 années de la présidence Jacques Chirac, 20 démissions ont été enregistrées, 12 sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy et également 12 sous François Hollande. Néanmoins, les nombreux remaniements gouvernementaux ont souvent caché des départs volontaires: sept sous Hollande, treize sous Sarkozy, atténuant ainsi le nombre de démissions.

    Si l’on additionne les départs volontaires à ceux des suites de remaniements sous Hollande, ce chiffre dépasse les 15, à commencer par la fameuse affaire Cahuzac, suivi de Delphine Batho, Jean-Marc Ayrault, Yamina Benguigui, Pascal Canfin, Cécile Duflot, Thomas Thévenoud, Kader Arif, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, Carole Delga, François Rebsamen, Christiane Taubira, Bruno Le Roux et… Emmanuel Macron.

    Dossier:
    Enquêtes journalistiques sur les frais de François de Rugy (28)

    Lire aussi:

    Les États-Unis émettent un mandat de saisie pour le pétrolier iranien Grace 1 libéré par Gibraltar
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    Le voyage «zéro-carbone» de Greta Thunberg donnera lieu à six vols en avion pour organiser son périple
    Tags:
    François de Rugy, départ, Emmanuel Macron, démission, Nicolas Sarkozy, François Hollande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik