Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Prison ferme pour le Gilet jaune ayant divulgué l'adresse d'un magistrat

    CC BY 2.0 / Blogtrepreneur
    France
    URL courte
    24449
    S'abonner

    Un Gilet jaune a publié sur sa page Facebook l’adresse personnelle du procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux. Il vient d'être condamné à huit mois de prison, dont cinq avec sursis, par le tribunal correctionnel.

    Un Gilet jaune a été condamné ce jeudi 1er août à huit mois de prison, dont cinq avec sursis, par le tribunal correctionnel de Vesoul pour avoir divulgué l’adresse personnelle du procureur de la République de Besançon sur Facebook, relate l'AFP.

    «J’ai fait cela dans un but de contestation, je n’ai pas réfléchi. Je regrette. Je n’avais pas conscience des conséquences», a déclaré l’homme de 32 ans qui s’est présenté comme un participant au mouvement des Gilets jaunes lors de son procès en comparution immédiate à Vesoul.

    Domicilié chez ses parents à Saint-Vit, dans l’agglomération de Besançon, il devra aussi effectuer un stage de citoyenneté.

    Vendredi, il avait publié sur sa page Facebook l’adresse personnelle du procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux.

    «Il n’a pas réfléchi»

    «La contestation se fait à travers les urnes, au cours de manifestations encadrées. On ne s’en prend pas à la vie privée d’un procureur», s’est indigné Emmanuel Dupic, procureur de la République de Vesoul avant de requérir 9 mois de prison, dont 6 avec sursis, assortis de l’obligation d’effectuer un stage de citoyenneté.

    «Mon client a agi en contestation d’un jugement prononcé contre l’un de ses amis Gilet jaune. Il n’a pas réfléchi», avait plaidé Me Valérie Grandmougin pour la défense du prévenu.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Réforme des retraites: et les perdants sont… toujours les mêmes
    Tags:
    Besançon, Facebook, justice, gilets jaunes, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik