France
URL courte
6221
S'abonner

Un homme a été interpellé après avoir agressé sexuellement une femme dans un parc. Il l’a bousculée, la faisant tomber, s’est allongé sur elle et lui a saisi la poitrine, prétextant un exercice de gymnastique. Une expertise psychiatrique est prévue.

Un homme habitant en Seine-Saint-Denis a été arrêté mardi 13 août après avoir agressé sexuellement une femme de 62 ans, lors d’une promenade dans le parc de Noisiel, en Seine-et-Marne, rapporte Le Parisien.

La sexagénaire se promenait dans le parc vers midi, quand un individu a lancé la discussion. Elle l’a trouvé étrange et a décidé de poursuivre son chemin, mais l’homme l’a suivie.

D’après la plainte de la victime, l’agresseur s’est mis derrière elle et l’a bousculée pour la faire tomber. Elle a raconté que l’inconnu s’était alors allongé sur elle et avait violemment touché sa poitrine. L’homme a expliqué qu’il faisait des exercices de gymnastiques.

Selon le quotidien, l’agresseur a pris la fuite et la sexagénaire, sous le choc, a appelé la police. C’est grâce à une autre promeneuse, qui a vu l’inconnu partir en direction de Gournay-sur-Marne en Seine-Saint-Denis, les fonctionnaires ont réussi à l’interpeller rapidement.

Placé en garde à vue, le suspect a nié les faits, affirmant avoir voulu faire une plaisanterie à cette dame.

Les enquêteurs ont relevé que l’individu avait déjà tenté d’aborder un groupe d’enfants et leur animatrice. Le quotidien indique que l’agresseur fera l’objet mercredi 14 août d’un examen psychiatrique.

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Un policier brûlé au 2e degré dans le 94 après que des assaillants ont posé un mortier dans sa voiture - vidéo
Tags:
agresseur, victimes, expertise, agressions sexuelles, agression, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook