Ecoutez Radio Sputnik
    Ministerio de Asuntos Exteriores de Francia en París

    Drapeaux européens dans les écoles, baisse du tarif du gaz: ce qui change à la rentrée

    © AFP 2019 Ludovic Marin
    France
    URL courte
    Par
    41573
    S'abonner

    Comme chaque année, la rentrée amène son lot de changements qui impacteront la vie des Français. Entre abaissement de l’âge obligatoire de la scolarisation et réforme de la prime à la conversion, Sputnik France vous aide à y voir plus clair.

    C’est déjà la rentrée. Alors que le bon temps laissera progressivement place aux froides nuits d’hiver, les Français utilisant le gaz peuvent se réjouir. Alors que l’électricité a augmenté de 5,9% en juin dernier, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé une baisse de 0,9% des tarifs du gaz au 1er septembre 2019. Une bonne nouvelle pour les foyers utilisant ce type d’énergie. D’après la CRE, «cette baisse est de 0,2% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,5% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 1% pour les foyers qui se chauffent au gaz». Il faut noter qu’il s’agit de la sixième baisse depuis avril 2019, alors que l’électricité a de nouveau augmenté en août de «1,26% pour les particuliers et 1,10% pour les petits professionnels», selon le site Quelle énergie.

    ​Moins bonne nouvelle sur le front de la rentrée scolaire. L’Union nationale des étudiants de France, organisation classée à gauche, a publié une étude annuelle pointant une augmentation de 2,83% du coût de la vie étudiante qu’elle juge «bien supérieure à celle de l’inflation qui est de 1,20% sur un an». Pour les plus petits, là aussi, les parents devront passer un peu plus à la caisse.

    «La 35e enquête annuelle de Familles de France portant sur le coût moyen des fournitures scolaires pour un élève de 6e a montré cette année une légère augmentation de 0,95%. Le coût moyen s’élève en 2019 à 195,58€, contre 193,74€ en 2018», explique l’Institut national de la consommation qui juge cependant que «ce résultat reste relativement stable dans un contexte économique marqué par l’inflation.»

    Toujours concernant les étudiants, il faut noter la disparition de la Sécurité sociale. Ces derniers seront désormais rattachés «à la Caisse d’assurance maladie de leur lieu de résidence», relève France info.

    «Les étudiants n’ont désormais plus besoin d’effectuer de démarche particulière concernant leur régime de sécurité sociale. Tous les étudiants sont désormais rattachés au régime de leurs parents ou bien à leur propre régime général. Chacun recevra un email de bienvenue au régime général de l’assurance maladie de son lieu de résidence. Les mutuelles étudiantes continueront toutefois à proposer des régimes spécifiques d’assurance, mais ne seront plus obligatoires», expliquent nos confrères du Figaro.

    Changement majeur chez les tous petits. La controversée loi «pour une école de la confiance», portée par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, abaisse l’âge obligatoire de scolarisation des enfants. De six ans, il passera à trois ans pour tous les Français. Comme le rappelle Le Figaro, «déjà plus de 97% des enfants de cet âge sont scolarisés, cette réforme ne concerne donc qu’une petite partie de la population, soit environ 26.000 enfants à travers la France». Attention pour les récalcitrants: les parents qui ne scolariseraient pas leurs enfants à l’âge de trois ans s’exposent à une amende de 1.500 euros.

    Enfin, pour conclure le volet scolaire, les écoles, collèges et lycées de France doivent arborer depuis le 1er septembre un drapeau européen en plus du drapeau national. La devise «Liberté, Égalité, Fraternité», ainsi que les paroles de la Marseillaise doivent également être affichées.

    Question impôts, il y a là aussi du changement. Un nouveau taux pour le prélèvement à la source sera calculé par Bercy en septembre si vos revenus ou votre situation familiale ont évolué. Sans changement de votre part, c’est ce nouveau taux qui sera envoyé à votre employeur et sera appliqué jusqu’au mois d’août 2020.

    Voyons maintenant ce qui changera côté transport. Déjà largement modifiées depuis le 1er août 2019, les conditions d’accès à la prime à la conversion ont encore été durcies. Les véhicules roulant au diesel et immatriculés avant le 1er septembre 2019 en sont désormais exclus. Les petits Parisiens âgés de 4 à 11 ans sont mieux lotis, puisque qu’ils bénéficient depuis le 1er septembre de la gratuité de l’abonnement Imagine R, le sésame «jeunes» pour les transports publics de la région. Même chose pour les individus souffrant de handicap et âgés de moins de 20 ans. Afin de pousser les jeunes à pédaler, l’abonnement Vélib’ est devenu gratuit pour les adolescents âgés de 14 à 18 ans.

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Un policier frappé lors d’un contrôle pendant que les amis de l’agresseur filment la scène
    Tags:
    société, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik