France
URL courte
36737
S'abonner

Un usager des transports en commun montpelliérains, qui avait notamment insulté des agents et menacé de leur «porter un coup de couteau», fin mai, a été condamné par le tribunal à deux ans de prison.

Un homme a été condamné à deux ans de prison, dont six mois avec sursis et mise à l’épreuve de deux ans, par le tribunal correctionnel de Montpellier, dans l'Hérault, après qu’il a menacé de mort fin mai des contrôleurs du tramway, rapporte Midi libre.

Comme l’indique le journal, l’homme, qui circulait régulièrement sans titre de transport, s’en était pris verbalement à plusieurs agents, promettant à l’un d’eux de lui «porter un coup de couteau quand le ramadan sera terminé» ou à un autre de le tuer en l’insultant de «chien des Blancs». À une contrôleuse, il aurait ordonné de baisser «les yeux, tu es une femme…».

«Je n’avais jamais rencontré une personne comme cela qui a autant de haine dans les yeux. Il provoquait les contrôleurs pour les faire sortir de leurs gonds», a témoigné devant le tribunal un employé de la compagnie des transports.

Au commissariat, le prévenu aurait par ailleurs signé un document administratif, au commissariat, des mots «Dieu est grand», en arabe. Poursuivi également pour des vols de carburant dans des stations-service, il a finalement écopé de «deux ans de détention, dont six mois avec sursis et mis à l’épreuve pendant deux ans, assortis des conditions requises par le parquet», écrit Midi libre.

Le parquet réclamait une «interdiction de paraître dans le tramway, une obligation de soins, une obligation d’indemniser les victimes et un mandat de dépôt». Le prévenu a également été condamné à indemniser ses victimes: chacune percevra 400 euros de dommages et intérêts et 150 euros de frais de justice. Tam, l'entreprise en charge des transports en commun, se voit attribuer un euro symbolique de dédommagement.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Mobilisation contre les violences policières à Paris, en dépit de l’interdiction - vidéo
Tags:
tribunal, menaces, Montpellier, Hérault, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook