France
URL courte
2312
S'abonner

Après plusieurs incendies criminels dans sa commune, la maire de Sains-du-Nord (Nord) a reçu de nouvelles menaces, rapportent des médias locaux. Le corbeau l’avait déjà menacée de brûler le village si l’élue ne démissionnait pas.

La maire de Sains-du-Nord, Christine Basquin, a reçu une nouvelle lettre de menaces, informent des médias locaux. Elle s’est rendue mercredi 18 septembre à la gendarmerie pour remettre le courrier aux forces de l’ordre.

Deux autres courriers anonymes lui étaient déjà parvenus jeudi et vendredi derniers, selon Le Parisien. Dans la première lettre, le corbeau menaçait de brûler le village si l’élue ne démissionnait pas et dans la deuxième, il lui demandait de se dépêcher.

«Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus, mais elle est encore plus menaçante que les deux premières ; on y parle de victimes…», a déclaré Mme Basquin au sujet de l’ultime lettre, citée par La Voix du Nord.

Le Parisien rapporte quant à lui que l’auteur l’y avertit que «le compte à rebours est en place» et lui dit de «prier pour qu'il n'y ait pas de victimes.»

Un village en proie aux flammes

Sains-du-Nord a connu plusieurs incendies criminels ces dernières semaines. Le 29 août dernier, le local du club de pétanque du village avait pris feu vers trois heures du matin, d’après Le Parisien.

Plus récemment, le 5 septembre, un feu de poubelle avait ravagé trois habitations du centre, indique la même source.

Une enquête est actuellement en cours.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
lettre de menace, Hauts-de-France, corbeau, La Voix du Nord, France, incendie criminel
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook