France
URL courte
15313
S'abonner

Retraçant son mi-parcours en tant que Président de la République, Emmanuel Macron a évoqué des sujets sensibles dans une interview exclusive accordée au magazine américain Time. Assumant son rôle d’être celui «aux commandes», le chef de l’État a glissé que bien que les Français apprécient les leaders, ils voulaient les «tuer».

Lors d’un entretien accordé au magazine américain Time, Emmanuel Macron est revenu sur l’attitude des Français envers les leaders. Ainsi, interrogé sur son surnom de «Président des riches», il a confié qu’il se moquait «si cette critique [était] juste ou injuste»:

«Je suis aux commandes, je suis le Président, alors je l’accepte. C’est le système français. Dans notre pays, on apprécie le leadership, mais on veut tuer les leaders.»

«La vallée de la mort»

Analysant la première moitié de son mandat, Emmanuel Macron a affirmé qu’il se trouvait actuellement dans la «vallée de la mort», un espace symbolique entre déclencher les réformes et observer leurs effets. Il a expliqué que la fin de cette vallée signifiait «le jour où vous avez des résultats»:

«Mon défi, c’est de bien mieux écouter les gens que ce que j’ai pu le faire au début de mon mandat. J’ai probablement donné le sentiment que je voulais réformer contre le peuple. Et parfois mon impatience a été ressentie comme une impatience à l’égard des Français. Ce n’est pas le cas.» 

La vie après la présidence

Quant à sa vie après l’Élysée, Emmanuel Macron a annoncé qu’il ne sentait pas angoissé et a évoqué l’occupation à laquelle il se consacrera par la suite:

«J’écrirai. C’est pourquoi je suis très serein concernant le futur. Le jour où le peuple décidera qu’il ne faudra plus que je gouverne, je sais ce que je ferai.»

Lire aussi:

Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Un Bordelais poignardé au cœur en pleine rue pour avoir demandé à des jeunes de ne pas uriner sur un mur
Pourquoi il est dangereux de boire du café pendant la canicule
Tags:
leadership, leader, Français, France, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook