France
URL courte
17952
S'abonner

Des voleurs chevronnés ont été surpris le 17 septembre dans l'Essonne par des membres du GIGN qui venaient de sortir de leur entraînement. Le hasard a ainsi permis l’interpellation des quatre suspects, la plupart étant déjà connus de la justice pour des faits similaires.

Des gendarmes d’élite sont tombés nez à nez avec une bande de voleurs qui étaient en train de dérober des SUV sous le couvert de l’obscurité. Les faits se sont déroulés vers minuit et demi mardi 17 septembre à Guillerval, en Essonne, alors que les représentants des forces de l’ordre sortaient d’un entraînement, selon des médias français.

Ainsi, une équipe de gendarmes d’élite du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) ont repéré un véhicule dont les passagers semblaient faire des repérages.

La voiture s’est ensuite arrêtée devant une société de transports, un autre véhicule l’attendant, moteur allumé.

Des SUV volés découverts dans un conteneur

Les gendarmes ont prévenu leurs collègues d’Angerville et ont décidé de suivre les suspects. Entre-temps, ils ont eu la confirmation que le véhicule qui attendait la bande devant la société de transports avait été signalé volé.

Sur place, les membres du GIGN ont découvert deux autres SUV haut de gamme dans un conteneur, les trois véhicules ayant été dérobés au cours des 10 derniers jours dans le département de l’Essonne.

Trois majeurs et un mineur interpellés

La vigilance des gendarmes a ainsi permis d’interpeller les quatre suspects, dont trois majeurs et un mineur de 16 ans. La plupart étant déjà connus des forces de l’ordre pour des faits similaires, ils ont été placés en garde à vue.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
SUV, gendarmes, GIGN, voleurs, véhicule
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook