France
URL courte
21642
S'abonner

Sa mère étant violemment frappée par son compagnon, un petit garçon de huit ans a saisi un couteau et a donné deux coups avec son arme blanche à l’homme. Ce dernier a été jugé et condamné à trois ans de prison ferme, a relaté Ouest-France.

Un petit garçon âgé de huit ans a décidé de prendre la défense de sa mère alors que celle-ci était battue par son compagnon.

L’homme, au chômage, vivait au domicile de sa compagne à Challans, en Vendée, avec ses deux enfants. Les faits remontent au 10 septembre quand il s’est montré violent, ce qui ne lui arrivait pas la première fois, bien que la femme n’ait jamais déposé plainte, a indiqué Ouest-France.

«Il va me tuer!»

Sa mère hurlant «Il va me tuer!», l’enfant est sorti de sa chambre et a décidé de la défendre. Sa sœur aînée, adolescente, était au moment des faits à un feu d’artifice.

«Il voit sa mère se faire frapper et il essaie de les séparer. N’y arrivant pas et étant bousculé par monsieur, il prend un couteau», a déclaré Éric Bret, le vice-procureur des Sables-d’Olonne, cité par le journal.

Blessé au dos et au torse, l’individu a été interpellé et transporté au CHU de Nantes.

Sorti le 17 septembre, il a été placé en garde à vue et jugé deux jours plus tard en comparution immédiate. Le tribunal l’a condamné à cinq ans de prison, dont trois ans ferme. Il a été placé en détention le jour même.

Il a été prescrit 10 jours d’ITT à la mère de famille.

Le journal précise que l’enfant ne devrait pas faire l’objet de poursuites pour les coups de couteau.

Lire aussi:

Près de 8.000 nouveaux cas de Covid-19 et 499 décès en France en une journée
Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Tags:
poursuites, procureur, Ouest-France, tribunal, prison, détention, Nantes, mère, garçon, violences conjugales, arme blanche, Vendée, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook