France
URL courte
0 23
S'abonner

La liquidation d’Aigle Azur rend disponibles 9.150 créneaux horaires de décollage à Orly que l’association en charge, Cohor, va redistribuer parmi les compagnies aériennes début novembre, selon La Tribune.

La liquidation d’Aigle Azur, la deuxième compagnie aérienne française créée en 1946, mettant sur le pavé 1.150 personnes dont 800 en France et 350 en Algérie, offre une chance aux autres compagnies aériennes de se partager les 9.150 créneaux horaires de décollage et d’atterrissage (slots) qu’elle détenait à l’aéroport d’Orly, ce qui représente 12,5 vols quotidiens, rapporte La Tribune.

Le morceau est royal étant donné que le trafic à Orly est plafonné à 250.000 mouvements par an et le lancement d’un vol quotidien nécessite à lui seul 728 créneaux à l’année.

Aviones en el aeropuerto de París - Charles de Gaulle (archivo)
© AFP 2020 Stephane de Sakutin
Les slots d'Aigle Azur vont être récupérés par l'association Cohor qui gère les créneaux horaires en France. Dans un premier temps, l'association va adresser un courrier à toutes les compagnies aériennes dans le monde pour les avertir de cette disponibilité.

Selon La Tribune, les compagnies intéressées doivent formuler leur demande d'ici au 3 octobre, date limite des dépôts des demandes pour la prochaine saison estivale. Ces créneaux seront distribués début novembre.

Le journal indique qu’en vertu des règles européennes, le «pool» sera partagé à 50% entre les compagnies déjà en activité à Orly et les nouveaux entrants.

Selon le média, le nombre de créneaux disponibles permettra d'assurer cinq à six vols par jour pour les nouveaux entrants et autant pour les acteurs historiques.

Lire aussi:

Un ouvrier décapité par une pelleteuse sur un chantier près de Rouen, à une semaine de la retraite
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Tags:
distribution, Aigle Azur, Orly (aéroport)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook