Ecoutez Radio Sputnik
    Sibeth Ndiaye

    «Les analyses, nous ne les avons pas trafiquées», assure Sibeth Ndiaye sur l’incendie à Rouen

    © AP Photo / Francois Mori
    France
    URL courte
    Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (40)
    29435
    S'abonner

    Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, s’est exprimée mercredi 2 octobre sur Europe 1 au sujet de l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, notamment concernant les accusations de manque de transparence du gouvernement.

    Interviewée sur la radio Europe 1 mercredi 2 octobre, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a réagi à plusieurs questions portant sur l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen. Questionnée sur le manque de transparence du gouvernement sur cette affaire, elle a affirmé qu’«à chaque moment et à chaque instant, nous disons la vérité telle que nous la connaissons. Les analyses, nous ne les avons pas trafiquées, nous donnons la vérité entière et transparente».

    Comme l’avait annoncé le Premier ministre, la liste des produits chimiques présents dans l’entrepôt de l’usine au moment de l’incendie a été publiée sur le site de la préfecture de Seine-Maritime. Cependant, les produits chimiques qui y sont inscrits sont inconnus du grand public, d’autant qu’ils sont écrits en anglais sur le schéma de répartition. «Les listes des sites industriels dangereux sont codifiés pour […] éviter que des personnes mal intentionnées s’en emparent», justifie Sibeth Ndiaye.

    «Les résultats des analyses seront donnés progressivement, a-t-elle annoncé, il y a des analyses qui prennent du temps et donc on ne peut pas dire du jour au lendemain, après moins d’une semaine, que tout risque est parfaitement écarté. Mais lorsqu’un risque pouvait être écarté, sur la qualité de l’eau, sur la qualité de l’air, nous l’avons écarté», a-t-elle poursuivi.

    «Je comprends parfaitement l’angoisse, il y a des odeurs nauséabondes, il y a des gens qui ont toussé, qui ont eu des nausées et des vomissements», a reconnu la porte-parole, admettant également: «Je regrette que Lubrizol ait une communication qui ne soit pas très compatissante à l’égard des habitants». «Ce que je dis aussi, c'est que l'analyse que nous avons de la pollution de l'air ne donne pas des résultats qui sont différents de ce que l'on a dans l'atmosphère habituelle d'une grande ville», a-t-elle défendu.

    À propos des vomissements et de cas de toux observés chez les habitants, la représentante répond: «La question scientifique, c’est pourquoi vous vomissez, ou pourquoi vous toussez. Je fais appel à la rationalité». «Je sais que ce sont des moments compliqués mais le gouvernement est dans la rationalité. Et la rationalité c’est que vous pouvez avoir des odeurs nauséabondes, il y a plein de choses qui sentent mauvais, sans que cela soit forcément toxique», a-t-elle souligné. Et de conclure: «On peut tousser lorsque l’on respire de la fumée très forte, sans qu’il y ait des particules toxiques».

    Dossier:
    Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (40)

    Lire aussi:

    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Un policier frappé lors d’un contrôle pendant que les amis de l’agresseur filment la scène
    En continu: Un peu moins de 500.000 personnes ont manifesté en région pour ce 5 décembre, selon la police - images
    Tags:
    Sibeth Ndiaye, Lubrizol Corporation, usine, analyse, Rouen, incendie, porte-parole
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik