France
URL courte
Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (42)
17332
S'abonner

S’exprimant au sujet de l’incendie qui s’est produit la semaine dernière à Rouen, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a avoué qu’elle aurait eu de fortes inquiétudes si elle habitait près de l’usine. Toutefois, elle serait restée.

Mère de trois enfants, Sibeth Ndiaye a avoué à Jean-Jacques Bourdin que si elle habitait près de l’usine Lunrizol à Rouen, elle aurait eu «des inquiétudes terribles». Cependant, elle assure qu’elle serait restée en ville.

​«Je serais restée parce que je suis quelqu’un d’un peu rationnel et j’essaie de faire confiance dans les gens qui savent, […] des experts», a-t-elle notamment déclaré.

À la question de M.Bourdin de savoir si elle resterait si ses enfants vomissent et éprouvent des difficultés respiratoires, Mme Ndiaye a expliqué que s’il y a des troubles graves il faut s’adresser aux médecins.

Et d’expliquer que la proportion de personnes ayant sollicité une aide médicale était inférieure à celle d’autres catastrophes industrielles que le pays avait connues par le passé.

«On a regardé le nombre de passages aux urgences qu’il y avait eu du fait de gens qui se plaignaient de conséquences du panage de fumée ou de l’incendie, on a un peu plus d’une centaine de personnes» en une semaine.

Et de souligner l’importance de la transparence et de l’information.

Dossier:
Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (42)

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
Sibeth Ndiaye, industrie, catastrophe, Rouen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook