France
URL courte
11324
S'abonner

Le ministère français de l’Intérieur va bientôt lancer une application qui permettra à la population d’accéder à certains services publics en ligne via la reconnaissance faciale. Le projet n’a pas obtenu que des avis favorables.

La France s’apprête à être le premier pays européen à utiliser la reconnaissance faciale pour que les citoyens aient accès à certains services publics en ligne. L’application, baptisée Alicem, sera disponible sur Android dès novembre, indique le média américain Bloomberg. Ce projet, présenté sur le site du ministère de l’Intérieur, a rapidement soulevé des craintes concernant la sécurité des données.

L’association La Quadrature du Net, qui défend les droits et libertés sur Internet, a déposé un recours devant le conseil d’État pour faire annuler le décret du 13 mai 2019 autorisant la création de cette application. Elle souligne que le dispositif de reconnaissance faciale est l’unique moyen d’activer son compte Alicem, ce qui est contraire à l’avis de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

La CNIL, dans cette même délibération datant d’octobre 2018, avait par ailleurs indiqué que «l’impact d’incidents de sécurité sur les personnes concernées peut être particulièrement grave». Malgré ces réticences, le texte de loi n’a pas été modifié.

Le gouvernement a également assuré que les données de reconnaissance faciale ne seront pas intégrées à la base de données d’identification des citoyens.

Lire aussi:

Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Trump dévoile son plan de paix pour le Proche-Orient, «le plus détaillé» jamais présenté
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
Tags:
polémique, débats, service public, sécurité, reconnaissance faciale, France, application
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik