France
URL courte
656074
S'abonner

Des dizaines de personnes ont attaqué, dans la nuit du 4 au 5 octobre, une patrouille de police à Boissy-Saint-Léger. Des projectiles ont été lancés contre leur véhicule et des mortiers d’artifice ont été tirés, sans pour autant faire de blessés.

Une patrouille de police a été attaquée par une dizaine d’individus aux visages masqués dans la nuit du 4 au 5 octobre à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne). Les fonctionnaires ont été la cible de tirs de mortiers et d’un jet de pavé, précise Le Parisien.

Les policiers sont vraisemblablement tombés dans une embuscade. Peu après minuit, l’équipage composé de trois agents a procédé au contrôle d’un véhicule. Il a été alors arrêté par un homme armé d'un bâton qui s’est placé en travers de la route et qui a lancé un projectile sur le véhicule en les forçant à effectuer une marche arrière.

Des dizaines d’assaillants masqués

C’est alors qu’une dizaine d’agresseurs aux visages masqués les ont attaqués, tirant notamment des mortiers d’artifice sur le véhicule. Un pavé a brisé la vitre avant droite, sans heureusement faire de blessés.

Lorsque les renforts sont arrivés, les agresseurs avaient déjà pris la fuite. Aucun n’a pu être interpellé sur place.

Il ne s’agit pas d’une première quant aux attaques contre la police. Ainsi, une vague d’agressions dans les banlieues françaises a été enregistrée en mai dernier. Le commissariat de Boissy-Saint-Léger avait ainsi été attaqué avec des bouteilles remplies d’acide, des agressions contre des policiers ayant également eu lieu à Saint-Priest (Rhône) et à Goussainville (Val-d’Oise).

Lire aussi:

«Un objet enfoncé dans le crâne»: un violent meutre de deux femmes à Paris
Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
«Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs»: propos polémiques de Zemmour sur les mineurs isolés - vidéo
Oubliée dans une voiture, une enfant décède sur le parking de l'hôpital à Cayenne
Tags:
attaque, police, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook