France
URL courte
Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (42)
7126
S'abonner

S’exprimant sur BFM TV, la directrice générale de Lubrizol, Isabelle Striga, n’a pas établi de lien immédiat entre les résultats des analyses montrant des taux de dioxine «plus importants que la normale» et l’incendie de l’usine à Rouen.

La directrice générale de Lubrizol, Isabelle Striga, a commenté les résultats des analyses réalisées dans le secteur de Préaux, au nord de Rouen, après l'incendie qui a ravagé ce site classé Seveso seuil haut.

Le 9 octobre, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a indiqué que des taux de dioxine «plus importants que la normale» mais «en dessous des seuils de toxicité» y ont été relevés.

«Il va falloir prouver que c'est une pollution liée à l'incendie parce qu'il n'y a pas de produits chlorés dans ce qui a brûlé chez Lubrizol. C'est un point singulier», a indiqué Isabelle Striga, s’exprimant sur BFM TV.

La responsable du site a assuré que la société avait fait des efforts pour nettoyer la zone, affirmant que la qualité de l’air s’était améliorée.

«Nous prenons en charge les études qui sont nécessaires aujourd'hui. Nous travaillons avec les services de l'État pour prendre en charge tout ce qu'on pourra prendre en charge pour aider la population. La qualité de l'air est bien meilleure que le jour de l'incendie, nous avons fait beaucoup d'efforts pour nettoyer les zones en feu: tout cela génère des odeurs», a-t-elle affirmé, avant d’ajouter que l'entreprise «a l'intention de contribuer à un fonds d'indemnisation des citoyens».

Taux de dioxine «plus importants que la normale»

Mercredi 9 octobre, la préfecture de la Seine-Maritime et la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) de Normandie ont annoncé lors d'une conférence de presse à Rouen que de nouveaux prélèvements au sol seront effectués dès jeudi dans le secteur de Préaux.

Le Sénat a voté à l'unanimité jeudi 10 octobre pour la création d'une commission d'enquête «afin d'évaluer l'intervention des services de l'État dans la gestion des conséquences environnementales, sanitaires et économiques de l'incendie de l'usine Lubrizol».

Jeudi 26 septembre, un gigantesque incendie a détruit 5.253 tonnes de produits chimiques chez Lubrizol, une entreprise classée Seveso seuil haut. L'incendie a aussi touché trois entrepôts de son voisin Normandie Logistique qui stockait plus de 9.000 tonnes de produits sur son site.

 

Dossier:
Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (42)

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Tags:
pollution, incendie, Lubrizol Corporation, Rouen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook