Ecoutez Radio Sputnik
    attaque de la mosquée de Bayonne, 28 octobre 2019

    Attentat de Bayonne: «N’agitons ni le spectre de l’islamisme radical ni celui du grand remplacement»

    © AP Photo / STR
    France
    URL courte
    Par
    Attaque de la mosquée de Bayonne (6)
    351028
    S'abonner

    Après l’attentat de Bayonne du 28 octobre, Sputnik France revient avec l’islamologue Karim Ifrak sur la possible responsabilité dans ces actes d’un discours stigmatisant et celle du débat électrique concernant la place de l’Islam en France.

    Les débats concernant la religion musulmane ont toujours tendance à déchaîner les passions en France, mais ils prennent depuis quelques semaines une tout autre ampleur. Entre les propos-chocs d’Éric Zemmour à la convention de la droite et le débat sur le voile qui a resurgi, l’Islam est au cœur des débats. L’attentat qui a fait deux blessés graves devant une mosquée de Bayonne n’a fait qu’amplifier le phénomène.

    ​Depuis, les responsables politiques rivalisent d’indignation. Mais comment les premiers concernés vivent-ils de telles attaques? Fouad Saanadi, président du CRCM (Conseil régional du culte musulman), résume pour nos confrères de Libération, la position de nombre de musulmans français.

     «Nous étions inquiets du climat qui s’est installé depuis quelques semaines. Mais nous ne nous attendions pas à ce que ces débats et ces polémiques aboutissent à un tel acte.»

    Pour creuser la question de la responsabilité dans ces attaques antimusulmans, Sputnik France a tendu le micro à Karim Ifrak chercheur au CNRS et spécialiste de l’histoire des Textes, de la vie de la pensée dans les mondes musulmans et des idéologies violentes liées à l’islam. Entretien.

    Sputnik France: Je vais être direct, beaucoup de gens pensent que c’est la présence particulièrement forte de l’islam dans le débat public qui mène à ce genre d’attentat contre des musulmans, partagez-vous cette opinion?

    Karim Ifrak: «Complètement! Depuis quelques mois en France, on parle de plus en plus d’Islam, et ce, toujours en stigmatisant, en généralisant et en essentialisant les musulmans de France. Si on ajoute bout à bout les discours de haine aux petits prophètes qui galvaudent des idéologies subversives de grand remplacement et de conflit de civilisation, ça finit par aboutir à ce que quelques personnes, sans doutes fragiles, commettent l’irréparable.»

    Sputnik France: Ce sont pourtant des débats qui interrogent beaucoup de Français, sans mauvais jeu de mots, ne se voilerait-on pas la face si on ne mettait pas ces questions dans le débat public?

    Karim Ifrak: «Bien évidemment. La France reste une démocratie et la composante musulmane est importante dans la population française. La question de l’Islam dans la société est importante. Il faut effectivement débattre de ces questions-là, mais il faut le faire sans stigmatiser et généraliser. Le grand problème lié à la question de l’islam en France réside dans la confusion qui règne entre Islam et islamisme et c’est sur l’islamisme que le débat doit avoir lieu et que des mesures doivent être prises. Il y a aussi un hasard lié au fait qu’avant chaque élection, la question de l’islam en France est remise au goût du jour.

    Quand Marine Le Pen dit que le Rassemblement national n’est en aucuns cas lié à ce terroriste de Bayonne, c’est compréhensible, mais il ne faut pas de l’autre côté tenir un discours qui devient en lui-même une arme pour des personnes psychologiquement fragiles, qui pourraient s’en servir pour commettre des actes violents.»   

    Sputnik France: Que répondriez-vous à ceux qui disent que quand on tue au nom d'«Allahu akbar», beaucoup crient au «pas d’amalgame» et quand on tue des musulmans en défense du grand remplacement, c’est de la faute des adeptes de cette théorie?

    Karim Ifrak: «C’est une très bonne question. Dans tous les cas, ces actes horribles sont hautement condamnables. Ce n’est pas parce que quelques fous d’Allah isolés commettent l’irréparable que cela doit être une excuse pour que d’autres se vengent dans l’autre sens. Sinon, nous rentrons simplement dans un cercle vicieux dont on sait où il commence, mais on ne sait pas où il s’arrête. Il ne faut ni d’un côté agiter le spectre d’un islamisme radical ni de l’autre défendre publiquement des théories qui poussent à la violence contre les musulmans.»

    Sputnik France: Pourquoi ne pouvons-nous pas, en France, parler des questions concernant l’Islam de manière posée et réfléchie, sans que cela ne déchaîne les passions?

    Karim Ifrak: «Je me pose la question comme vous. Il faudrait cependant poser la question aux personnes qui déchaînent les passions. D’un point de vue sociologique et politique, la question de l’Islam est devenue un incontournable dans le débat public et politique. Comme je l’ai dit précédemment, il n’est pas anodin que ces questions réapparaissent toujours avant des échéances électorales.»

    Dossier:
    Attaque de la mosquée de Bayonne (6)
    Tags:
    attentat, islam, Bayonne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik