Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    Benalla: «Il y a chez moi un côté "je vous emmerde"»

    © AFP 2019 VAN DER HASSELT
    France
    URL courte
    Par
    521397
    S'abonner

    Alexandre Benalla sort demain un livre intitulé «Ce qu’ils ne veulent pas que je dise». Absent des médias depuis quelque temps, il signe un retour fracassant à l’occasion duquel il compte bien rétablir sa vérité, celle de ces trois dernières années. Et à en croire les extraits parus dans la presse, il n’y va pas avec le dos de la cuillère.

    L’ancien chargé de mission «préféré» du Président fait son grand retour dans l’espace médiatique, et jette avec son livre promet un pavé dans la mare. Alexandre Benalla ironise d’ailleurs déjà sur le nombre des ventes potentielles dans un entretien avec les journalistes du Point: « Vous croyez que le livre peut avoir du succès? Que je peux en vendre plus que Valérie Trierweiler?». Autant dire qu’il sait que son nom déchaîne toujours autant les passions en France.

    Ce livre, qui prend la forme d’un plaidoyer, retrace les épisodes qui ont marqué la vie du sulfureux personnage à travers de nombreuses anecdotes censées livrer sa vérité sur son passage à l’Élysée.

    «Des gens ont écrit une histoire qui n’est pas la mienne. Ils m’ont mis sur une scène, puis ils ont éteint le projecteur. Mais moi, je reste sur la scène et je rallume le projecteur. Je raconte désormais mon histoire » explique-t-il lors de son interview.

    ​Aujourd’hui propriétaire d’une société spécialisée dans la sécurité et le conseil, et d’un compte Twitter flambant neuf, Alexandre Benalla entend restaurer une image qui a été dégradée par «un système politico-médiatique». Il livre des mémoires croustillantes sur son passage dans l’envers du décor élyséen, alors que la rumeur court qu’il pourrait être candidat aux municipales en Seine-Saint-Denis…

    ​De son premier contact avec le candidat Macron, aux cours de boxe du Président, en passant par les interventions du service de sécurité de l’Élysée, celui qui estime qu’il n’a rien à se reprocher vide son sac. Il met en cause les «hommes en costumes gris» qui ne reconnaissent que leurs semblables issus, comme eux, de l’univers institutionnel qui caractérise l’entourage du Président. Il estime d’ailleurs que le meilleur exemple est celui de Patrick Strzoda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron. D’après lui, certaines personnes au sein de la garde rapprochée d’Emmanuel Macron lui enviaient sa relation privilégiée avec le Président.

    «Certains étaient jaloux de ma proximité avec lui. On a dit que j’étais son garde du corps, son homme à tout faire, son amant… Pfff… Avec lui, on se comprenait, c’est tout. Quand il y avait un malaise, je m’arrangeais pour le régler, sans faire état de ma science », affirme l’ancien chargé de mission.

    Aujourd’hui loin des ficelles de l’Élysée, il entend mener à bien une carrière d’entrepreneur et n’a que faire des «Qu’en dira-t-on?», notamment concernant certaines de ses fréquentations, quitte à causer du tort au Président français:

    «Y a chez moi un côté “je vous emmerde”, je reconquiers ma liberté en faisant ce que je veux et en voyant qui je veux dans les limites que je me suis fixées. Si ça ne vous plaît pas, c’est pareil! Ils ont tué quelqu’un, ces gens-là? Un type qui a un passé ne peut pas avoir un futur? Et quelle est la différence entre moi et Dominique de Villepin? Hein? Personne ne lui reproche rien, à lui. J’ai été suffisamment loyal vis-à-vis du Président, je ne balance rien.»

    Les 280 pages d’anecdotes qui seront publiées ce jeudi 7 novembre, et dont une copie sera envoyée au Président de la République, risquent en tout cas de faire couler beaucoup d’encre, n’en déplaise au pensionnaire de l’Élysée.

    Tags:
    Emmanuel Macron, Alexandre Benalla
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik