France
URL courte
16477
S'abonner

Des affrontements ont éclaté entre Gilets jaunes et forces de l’ordre dès le début de la mobilisation à Montpellier ce 9 novembre, lorsque la police a tiré du gaz lacrymogène. Selon le bilan de l’acte 52, au moins six manifestants ont été blessés et 12 personnes interpellées, pour sept gardes à vue.

À une semaine de l’anniversaire de la mobilisation des Gilets jaunes, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés ce samedi 9 novembre à Montpellier, en réponse à un appel «national».

​Le début de l’acte 52, à 14 heures, s’est avéré tendu lorsque la police a chargé et fait usage de gaz lacrymogène, a fait savoir l’AFP. Une vingtaine de minutes plus tard, six manifestants blessés ont été recensés par un observateur de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), citée par France 3.

Selon la préfecture, entre 600 et 700 Gilets jaunes se sont réunis pour participer à cette journée de mobilisation. Cependant, de nombreux manifestants ont quitté les rangs un peu plus tard, a affirmé la chaîne de télévision.

​Vers 14h30, la rue de Maguelone près du centre-ville a été bloquée par les manifestants et des canons à eau y ont été déployés par la police.

Certains manifestants, portant des masques à gaz, des casques ou des cagoules, ont de leur côté jeté des fumigènes et des pétards, pendant qu’une enceinte mobile faisait retentir la musique de la saga Star Wars.

12 personnes avaient été interpellées et trois policiers blessés, dont l'un par un coup de casque reçu à la jambe, a précisé la préfecture de l'Hérault. Au moins sept personnes ont été placées en garde à vue pour faits de violence et de rébellion, a souligné France 3.

Lire aussi:

Voici pourquoi il ne faut jamais conserver les œufs dans la porte d’un réfrigérateur
Un plongeur parvient à filmer de près un gigantesque requin blanc en Floride – vidéo
L’affaire Griveaux, révélatrice d’hypocrites
Tags:
police, manifestation, tensions, gaz lacrymogènes, Montpellier, gilets jaunes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook