Ecoutez Radio Sputnik
    Acte 53 des Gilets Jaunes, Paris 16 novembre (image d'illustration)

    Un homme reçoit une grenade dans l’œil en pleine discussion lors de l’acte 53 à Paris – vidéo choc

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Manifestant éborgné lors de l'acte 53 des Gilets jaunes à Paris (6)
    5815203
    S'abonner

    Un participant à l’acte 53 des Gilets jaunes le 16 novembre, marqué par de nombreuses violences, a été gravement blessé à l’œil par une grenade alors qu’il discutait calmement aux abords de la place d’Italie. Une vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux.

    Un homme a reçu une grenade lacrymogène dans l'oeil lors de l’acte 53 des Gilets jaunes le 16 novembre aux abords de la place d’Italie dans la capitale française.

    ​La séquence publiée sur Twitter montre un homme, lunettes jaunes autour du cou et visage découvert, parler calmement avec d’autres personnes. Soudain, il est frappé par une grenade au niveau de l’œil gauche.

    Des street medics lui viennent en aide et le mettent à l’abri pour le soigner.

    ​Violences lors de l’acte 53

    L’acte 53 des Gilets jaunes s’est déroulé samedi 16 novembre, soit un an après le début de la première mobilisation. D’après le ministère de l'Intérieur, les manifestations ont rassemblé 28.000 personnes dans toute la France, dont 4.700 à Paris. Le syndicat France police-Policiers en colère fait pourtant état d’environ 60.000 participants dans l’ensemble du pays.

    Les rassemblements ont été marquées par des affrontements, notamment place d'Italie où les forces de l'ordre ont eu recours à des lacrymogènes.

    Dossier:
    Manifestant éborgné lors de l'acte 53 des Gilets jaunes à Paris (6)

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Israël envisage de frapper l’Iran pour l’empêcher d’accéder à l’arme nucléaire
    Tags:
    blessure, gilets jaunes, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik