France
URL courte
114339
S'abonner

Des photos du nouveau pick-up Peugeot, dont la vente n’est prévue que pour la fin du premier trimestre de 2020, ont été publiées. Le véhicule diffère du modèle chinois récemment mis en vente par Changan, notamment concernant la calandre, le pare-chocs, les feux avant, de circulation diurnes et de brouillard.

Le design du nouveau pick-up Peugeot, développé en collaboration avec le constructeur chinois Changan, a fuité sur Internet. Un prototype au logo camouflé a été repéré au Chili, rapporte le site Motor.

​D’après des photos obtenues par le site, la partie avant du pick-up Peugeot sera différente du modèle partenaire fabriqué par la marque Changan qui l’a mis en vente en Chine sous le nom de Kaicene F70. Les deux pick-up se distinguent par leur calandre, leur pare-chocs, leurs feux avant, de circulation diurnes et de brouillard. Les dimensions des deux carrosseries seraient quasi identiques.

​Le pick-up Peugeot n’a rien à envier au modèle chinois quant sa tenue de route avec un garde au sol de 230 millimètres. Concernant l'habitacle, aucune information n’a encore fuité.

La différence principale entre le pick-up Peugeot et Changan résiderait dans le moteur. Contrairement au pick-up chinois, équipé de moteurs japonais Isuzu et Mitsubishi de 129 à 219 chevaux, le modèle Peugeot renfermerait un moteur 2.0 BlueHDI de 180 chevaux couplé à une boîte automatique et à une transmission intégrale.

La vente du pick-up Peugeot est prévue pour la fin du premier trimestre de 2020. L'Amérique latine est considérée comme le principal marché pour ces nouveaux modèles. Reste à savoir si ces véhicules seront commercialisés dans d’autres pays.

Lire aussi:

Le bilan de l'explosion à Beyrouth s'alourdit à 30 morts et 3.000 blessés, selon des chiffres préliminaires
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
Tags:
Amérique latine, Peugeot, France, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook